Enquête BECI et IZEO sur les besoins des commerçants à Bruxelles

Le commerce, à Bruxelles, est un secteur économique primordial : déployé sur près de 2 millions de mètres carrés et plus de 20.000 enseignes, ce secteur compte parmi les employeurs les plus importants de la Région avec environ 85.000 emplois indépendants et salariés.

Quels sont les besoins des commerçants bruxellois en matière de recrutement, de compétences et de formation pour leurs collaborateurs occupant une fonction commerciale (vendeur, conseiller, délégué commercial, etc.) ? BECI et IZEO ont voulu apporter des réponses claires à ces questions en menant une enquête qualitative auprès de plus de 200 commerçants et PME actifs dans le commerce à Bruxelles, en étroite collaboration avec la Commerce Academy, plate-forme de coordination soutenue par les Ministres Céline Fremault et Rachid Madrane.

Il ressort de cette enquête plusieurs enseignements essentiels :

1. Le rôle et la qualité des vendeurs, des conseillers clientèle, des délégués commerciaux sont perçus par les chefs d’entreprise comme très importants dans la réussite et le développement de leur commerce. Ces métiers commerciaux sont de vrais métiers qui revendiquent des compétences spécifiques d’accueil du client, de compréhension de ses besoins, de proposition du produit ou de la solution en phase avec ces besoins, de conclusion d’une vente. Autant d’aptitudes qui exigent aussi des « savoir être » et des compétences relationnelles.

2. Or, au moment de recruter un collaborateur pour une de ces fonctions, la recherche du profil adéquat s’avère difficile : les commerçants déplorent souvent un manque de motivation chez les candidats à accepter les contraintes, notamment horaires, du métier. Et aussi un déficit de compétences, essentiellement linguistiques. Il faudrait à Bruxelles qu’ils parlent au moins le français et le néerlandais. Et qu’ils disposent de capacités commerciales fondamentales. Malheureusement, c’est trop rarement le cas en début de carrière. L’appel à un renforcement de ces dimensions dans les formations de base, classiques ou en alternance, est lancé !

3. Les commerçants se disent prêts à investir eux aussi dans la formation de leurs collaborateurs commerciaux tout au long de leur carrière. En formation « produit », bien évidemment, puisque leur offre ne cesse d’évoluer. Et là, ils considèrent que c’est leur rôle, sur le terrain. Mais aussi en formations commerciales pour améliorer sans cesse des compétences perçues comme insuffisantes à l’entrée en fonction. Et pour ce second volet, les commerçants, surtout lorsqu’ils sont indépendants et ne travaillent pas pour une chaîne qui a ses propres formations, demandent un soutien extérieur : ils veulent savoir qui peut offrir des formations commerciales adaptées à leur profil de petites entreprises, ils souhaitent que ces formations soient concrètes, accessibles, orientées résultats. Ils sont prêts à accorder jusque 4 jours de formation par an à leurs collaborateurs pour qu’ils continuent à se former sur le plan commercial.

4. 30 % des commerçants interrogés présentent déjà une forme de vente en ligne. Parmi ceux qui n’y sont pas encore, la moitié affirment vouloir développer leurs ventes via des outils de e-commerce dans les 12 mois qui viennent ! C’est une prise de conscience massive de l’obligation de jouer sur les deux terrains : le magasin physique et son clone virtuel !

IZEO et BECI ont bien retiré les messages de cette enquête. Notre offre de formation à la vente sera renforcée pour nos membres. Nous accorderons aussi dans les prochaines semaines une attention toute particulière au besoin d’information des commerçants au sujet de la diversification de leurs canaux de vente, via l’accession à une offre en e-commerce, parallèle à leur offre « physique ».

De son côté, la Commerce Academy entend mettre en place une formation de 16 heures pour tous les collaborateurs des commerces sur les aptitudes relationnelles capitales pour accueillir le client, vendre et fidéliser. C’est le module « Sourire ». BECI et IZEO peuvent vous mettre en relation avec la Commerce Academy pour bénéficier de ce module.

Cette dynamique d’amélioration des compétences linguistiques et commerciales des collaborateurs et des demandeurs d’emploi est unanimement considérée comme un levier pour l’emploi et un support au développement des affaires dans le secteur du commerce à Bruxelles. Deux bonnes raisons pour que BECI et IZEO s’investissent pleinement dans les projets de la Commerce Academy (http://commerce-academy.be).

 

Cet article vous est proposé par Miguel Van Keirsbilck, Secrétaire Général d’IZEO, le 15.11.2013.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons directement votre texte, s'il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu'il nous est fourni en français et néerlandais.

Vous souhaitez partager votre expertise auprès de milliers d'entrepreneurs ? Envoyez-nous votre proposition de contenu à newsletter@beci.be