Surmontez le stress négatif !

Souvenez-vous de votre premier examen oral à l’université, de cette rencontre sous pression où les supporters mettaient une ambiance du tonnerre, ou encore de ce rendez-vous commercial où vous n’aviez pas le droit à l’erreur…

Que ressentiez-vous ? Quel a été l’impact de cet environnement intense sur votre performance ? Étiez-vous galvanisé ou tétanisé ? Aviez-vous la boule au ventre ou étiez-vous soudainement plus alerte ?

Comment expliquer la différence entre un stress négatif et une pression positive ? Si en sport, cette différence est facilement observable, en entreprise elle l’est moins. Vous serez soit énergisé par le défi, soit angoissé par la tâche à accomplir. En réalité, ce qui nous intéresse, ce sont les paramètres qui influencent les effets du stress.

Avant de différencier physiologiquement le stress positif et le stress négatif, revenons sur le mot « STRESS ». Souvent utilisé négativement, il peut être très utile.

Depuis nos origines, il nous permet de survivre. En effet, il est une réaction physiologique à un élément extérieur perçu comme une perturbation de l’environnement. C’est-à-dire, anciennement, un prédateur qui entre dans le périmètre, une bande rivale à proximité ou plus récemment, un mail contenant de mauvaises nouvelles ou un coup bas d’un collègue.

Quelle qu’en soit la source, le stress se différenciera toujours par l’hormone produite par le corps : adrénaline pour la pression positive, le combat ; cortisol pour le stress négatif, la fuite.

Connaître les mécanismes de stress permet de les anticiper et de mieux les gérer. Se connaître au regard de la pression, c’est être en mesure de mieux la gérer.

Pour vous aider à affronter ces défis et y apporter des réponses simples et efficaces, BECI vous propose de suivre la formation, qui répond à toutes ces questions, intitulée : Quelle différence entre une pression positive et un stress négatif ?