Recherche et développement

Des ateliers pour forger une stratégie bruxelloise 2014-2021

Le 27 janvier dernier se tenait une journée de réflexion entre acteurs bruxellois sur la meilleure stratégie a adopté pour la recherche et l’innovation régionale. Au programme, la spécialisation thématique dans quatre niches, le passage en revue des composantes du système d’innovation dont la gouvernance et le rôle des institutions régionales.

La structuration du paysage régional bruxellois de la recherche date de 1999 avec un premier doublement du budget, porté à 25 millions d’euros. Un conseil de la politique scientifique  est organisé dès l’année qui suit. BECI en est membre. En 2002, paraît une ordonnance, revue depuis, portant sur le financement des entreprises que met en œuvre Innoviris 

En 2006, Bruxelles se donnait un plan régional pour l’innovation, inscrit dans l’agenda des financements structurels européens pour la période 2006-2013. Bien que modeste, ce plan visait à organiser les investissements publics dans une logique de croissance. L’objectif de 3% fixé lors du Conseil européen de Barcelone était ancré dans son programme.

Avec les incubateurs technologiques, le budget de la recherche atteint 50 millions d’euros l’année qui suit, un montant qui ne sera plus jamais atteint depuis. En 2010, la Région de Bruxelles-Capitale assurait la présidence belge de l’Union européenne pour la partie recherche. Aujourd’hui, la volonté de s’inscrire dans une stratégie plus intégrée et européenne se fait jour.

C’est ainsi que la Région a réuni les acteurs de la recherche durant une journée d’ateliers. Concrètement, quatre niches sectorielles ont été identifiées à l’aide d’un consultant externe : les industries créatives (ICT et contenu) ; la sécurité civile (compte-tenu des problématiques de capitale de l’Europe) ; la télémédecine (ICT et santé) ; l’éco-construction.

Ensuite quatre piliers de l’innovation ont été discutés : ressources humaines et financières ; transfert de technologie et socle entrepreneurial ; internationalisation de l’innovation et leviers européens ; gouvernance et coopération interrégionale. Les conclusions des ateliers ont résumé les discussions durant toutes les sessions parallèles.

Manifestement, la volonté était de confronter un travail d’identification avec la vision des opérateurs. Ainsi, certains thèmes comme celui des industries créatives, fort intéressant, restent à l’état de friche. D’autres, comme la gouvernance sont cardinaux d’un changement du soutien public vers une simplification et une confiance accrue vis-à-vis des acteurs de l’innovation.

L’inscription dans le cadre de la nouvelle programmation des financements européens 2014-2021 est réelle, ce qui traduit à la fois une ouverture aux effets de levier, mais aussi une nécessité compte-tenu des limitations du budget régional. Des recommandations concrètes sont attendues pour mars 2012.