Première expérience professionnelle

BECI soutient la garantie jeunes en partenariat avec ACTIRIS

A Bruxelles, 12.000 jeunes s’inscrivent chaque année comme demandeurs d’emploi sans toujours disposer d’une qualification exprimée par un diplôme. Avec le soutien de l’Union européenne, pas moins de 1.650 stages seront financés dès le 1er janvier 2014 pour leur offrir une première expérience professionnelle rémunérée dans le cadre d’une formation qualifiante. Pour soutenir l’opération, BECI lance un appel aux entreprises intéressées par des sessions d’information et des contacts individualisés.

A Bruxelles, le nombre de demandeurs d’emplois atteint les 20% de la population active, mais 30% des jeunes de moins de 25 ans. Parmi ceux-ci, deux tiers ne disposent pas d’un diplôme secondaire supérieur. Parallèlement, En 2011, 18,9% des personnes âgées de 18 à 24 ans n'ont pas un diplôme du secondaire supérieur et ne suivent plus aucune forme d'enseignement ou formation à Bruxelles, contre 14,7% en Wallonie et 12,3% en Flandre. Les jeunes hommes sont cinq pour quatre jeunes femmes à décrocher.

Comment leur offrir une chance d’insertion socio-professionnelle dans de telles conditions ? C’est la question que tous se posent alors que le cas bruxellois est loin d’être unique en Europe. On y dénombre plus de 7,5 millions de jeunes de 15 à 24 ans, qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni en emploi. Ils peuvent être inscrits, ou non, dans un service public d’emploi. En jargon, on les dénomme les NEETs (Not in Education, Employment or Training). C’est à leur égard que la Commission européenne a initié la « Garantie Jeunes » (GJ).

Dès janvier 2014, tous les Etats européens veilleront à ce que tous les jeunes de moins de 25 ans se voient proposer un emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant la perte de leur emploi ou leur sortie de l'enseignement formel. Pour atteindre l’objectif, une enveloppe de 8 milliards d’euros a été mise à disposition pour la période 2014-2017 avec un accent particulier sur le lancement de l’initiative. 117 millions d’euros sont disponibles pour la Belgique, dont 39 millions pour Bruxelles.

Mise en œuvre par ACTIRIS, la « garantie jeunes » dispose d’un service opérationnel depuis le 1er octobre, fort d’un partenariat avec BECI. Opéré depuis ses bureaux, des consultants cherchent à identifier les entreprises qui pourraient ouvrir leurs portes à des stagiaires pour y développer une première expérience professionnelle. Des sessions d’information sont organisées dès décembre, précédées et suivies de contacts personnalisés auprès des services du personnel des différentes entreprises intéressées.

En regard, les jeunes suivent un parcours d’accompagnement avant de bénéficier de la GJ. A Bruxelles, pas moins de 1650 stages dans une entreprise, une ASBL ou dans le secteur public sont offerts à des jeunes chercheurs d’emploi bruxellois peu qualifiés pour acquérir une première expérience professionnelle rémunérée. Ils bénéficient ainsi du versement anticipé des allocations de chômage ainsi qu’une indemnité mensuelle des entreprises de 200 euros. Durant le stage, Bruxelles Formation et le VDAB se chargent du volet formation.


Cet article vous est proposé par Xavier Dehan, Coordinateur du Centre de Connaissances de BECI, le 16.12.2013.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons directement votre texte, s'il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu'il nous est fourni en français et néerlandais.

Vous souhaitez partager votre expertise auprès de milliers d'entrepreneurs ?  Envoyez-nous votre proposition de contenu à newsletter@beci.be.