3 mois de piétonnier : retour sur le feuilleton de l’été

Officiellement, il faudra encore attendre 5 mois pour que la « phase-test » du piétonnier soit clôturée.

Concrètement, cela signifie que la ville de Bruxelles, en concertation avec la Région, réévaluera certains points avant de démarrer l’aménagement définitif du piétonnier, car oui, il y aura bien sûr des travaux -évalués à 20 millions d’euros-, entre 2016 et 2018.

Certains points ? Il ne faudra pas s’attendre à une révolution. Tout juste l’on modifiera certaines règles de circulations dans les rues avoisinantes, voire la position des haltes de la STIB, mais il n’y aura sans doute pas de marche arrière, quel que soit le retour des commerçants. La ville ne s’en cache pas, le tissu commercial devra évoluer pour s’adapter.

Si la ville parie à long-terme sur la pérennisation d’un tissu commercial plus qualitatif, à court-terme il y aura logiquement des gagnants, et des perdants... Aujourd’hui, c’est l’Horeca qui semble être le secteur qui s’en sort le mieux, et encore, surtout les cafés et la restauration. C’est que le centre-ville semble profiter de plus de visiteurs en soirée, heures propices à la détente...

Il reste tout de même plusieurs inconnues : la curiosité a-t-elle joué un rôle ? Et quel aurait été le résultat sans cette météo exceptionnelle ? L’avenir nous le dira. En attendant, Fifty fifty, mitigé, partagé, tout juste la moyenne... rares sont ces idées qui divisent à ce point les entreprises bruxelloises. Toutes nos enquêtes confirment d’ailleurs votre accueil réservé pour le projet.

Deux enquêtes différentes pour deux résultats comparables : 1032 répondants à notre dernier baromètre politiques de cet été : 51% pour, 49% contre... 372 répondants début septembre à notre enquête sur la mobilité en entreprise : les dirigeants d’entreprise donnent une cote de ... 50% au projet. Le débat n’est pas clos. 

Du coté des perdants, ce sont évidemment les segments qui visent les « clients motorisés » qui sont le plus touchés : ameublement, outillage... Des repositionnements stratégiques devront inévitablement s’opérer. C’est le commerce de proximité qui prévaudra ; décoration, mode, Horeca... Il ne faut pas être devin pour imaginer l’offre de demain : un regard vers Bordeaux ou Madrid... ?

En ce qui concerne la restauration, on remarque un impact généralement positif sur l’affluence et donc le chiffre d’affaire, mais était-ce sous l’effet du piétonnier ou de la météo qui a été de notre côté tout l’été ?

Carl Goris, Franchisé indépendant Quick

  Nous avons relativement souffert sur les mois de juillet-août, même si les chiffres semblent plus positifs en septembre. Ce sont les ventes de meubles qui ont le plus chuté. On remarque aussi plus de nuisances, saletés, bagarres, ... Nous attendons janvier pour une évaluation complète.

Amélie Gonzalez, Directrice magasin Maisons du Monde

En ce qui concerne les soucis d’insécurité ou de propreté, chacun se fera son avis, fort de sa propre expérience. Rappelons que le sentiment d’insécurité est, en plus d’être subjectif, une conséquence court-termiste. C’est inévitablement du succès à long-terme du piétonnier que dépendra le sentiment de bien-être des personnes qui le fréquentent.

Qu’en conclure ? Qu’à ce stade, le projet continue de diviser tant au niveau des entreprises bruxelloises qui y voient tantôt une opportunité pour l’attractivité de Bruxelles, tantôt un risque pour leur accessibilité, qu’au niveau des commerçants, certains devant revoir leur offre pour espérer survivre. Comme tout bouleversement, cela ne se fera pas sans dégât.

 

Cet article vous est proposé par Vincent Campeol, Conseiller mobilité chez BECI, le 01.10.2015.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons directement votre texte, s'il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu'il nous est fourni en français et néerlandais.

Vous souhaitez partager votre expertise auprès de milliers d'entrepreneurs ?  Envoyez-nous votre proposition de contenu à newsletter@beci.be.