13.09.2016 - Communiqué de presse

13.765 entreprises et indépendants ont quitté Bruxelles

Avec un solde net négatif de 3.624 départs, BECI appelle à l’action

« C’est un résultat interpellant, soit le nombre d’indépendants et d’entreprises partis sous des cieux plus cléments depuis janvier 2011, sans être totalement compensé par l’arrivée d’autres », souligne BECI qui détaille une étude réalisée avec Bisnode sur le solde migratoire des activités économiques bruxelloises. Celle-ci s’inscrit dans le sens des déclarations d’intention de délocalisation exprimées dans le dernier baromètre semestriel produit par la Chambre de Commerce et l’Union des Entreprises de Bruxelles. Près de 50 % des sondés y indiquent leur volonté de déménagement (dont une minorité au sein même de Bruxelles).

Selon l’opinion exprimée, la défiance est de mise au niveau régional. « L’effet Lockdown et les attentats frappent durement le gouvernement régional », analyse BECI. Environ 72 % des sondés font peu ou pas du tout confiance, 15 % sont neutres et le solde est positif. Côté des Ministres, la cote de popularité place Guy Vanhengel (Finances et Budget) en tête (2,94/5 de moyenne), devant Didier Gosuin (Économie et Emploi, 2,87) et Céline Fremault (Environnement et Énergie, 2,6). Cécile Jodogne ferme la marche. Dans l’ensemble, ces cotes sont en baisse ; la chute la plus spectaculaire étant celle de Pascal Smet (Mobilité et Travaux publics), passé de 2,32 à 1,88…

Alors que les sondés apprécient assez la personnalité de Didier Gosuin, c’est moins le cas de son travail depuis deux ans. Deux réponses sur trois marquent (au moins) une insatisfaction. Un peu plus de 20 % sont satisfaits à très satisfait. « Il y a pourtant lieu de souligner quelques avancées, tel que le Plan régional pour l’économie circulaire ou le Small Business Act, mais elles se perdent dans un contexte économique maussade, mâtiné de l’image écornée de Bruxelles après les attentats », pose BECI. Et d’indiquer encore que le degré de confiance accordé au fédéral est meilleur, avec seulement 44 % d’insatisfaits : un effet du tax shift interprète encore BECI.

Quelles sont les thèmes prioritaires pour la rentrée bruxelloise ? À 65 %, la mobilité (contre 55 % sur les dix précédents sondages). Vient ensuite la diminution de la fiscalité régionale et communale « souvent perçues comme non seulement excessives, mais parfois pire encore comme arbitraire », analyse BECI, qui souligne certains cas de chantage à l’octroi de permis dans l’une ou l’autre commune. Parmi les idées qui progressent, les entrepreneurs sont désormais 43 % à juger la redevance kilométrique « intéressante » (contre 33 % en novembre dernier). « Ils sont 56 % à appeler de leurs vœux l’émergence d’un budget mobilité », se félicite BECI.

Les entreprises votent-elles avec leurs pieds ? Oui, selon une étude complémentaire réalisée avec BISNODE. Depuis le 1er janvier 2011, 13.765 entreprises et indépendants ont déplacé leur siège social de Bruxelles contre 10.141 qui ont fait le mouvement inverse. Le total présente un solde net négatif de 3.624 unités (36 % d’entreprises, 64 % d’indépendants). Les entreprises partent s’installer essentiellement en Brabant Flamand (31 %) ou Wallon (29,2 %). Bruxelles, Ixelles et Uccle sont au top trois des départs (12 %, 11,6 % et 10,8 %), mais aussi des arrivées (16 %, 14 % et 10 %), certes pas toujours dans les mêmes proportions en chiffres absolus.

Parmi les départs, il s’agit principalement de SPRL à 58,5 % (contre 66 % des arrivées) ; 17 % sont des sociétés anonymes et 8 % des ASBL, parfaitement compensés en chiffres relatifs mais pas en volume. Parmi les départs les plus importants, ENI, BAT Belgium, Citroën Belux, AGC Glass ou Levi Strauss. Malgré tout, ces résultats ne se traduisent pas directement en termes de pertes d’emplois. Les secteurs qui quittent sont ceux de la recherche et des technologies (25,6 %), du commerce de gros et de détail (18,5 %) et de la construction (11,3 %). Les arrivées concernent le conseil de gestion (10,4 %), le commerce de gros et de détail (17,5 %) et les activités immobilières (7,7 %).

Restaurer l’image de Bruxelles et la confiance des entreprises doit être la priorité des prochains mois, notamment sur le front de la mobilité, conclut BECI.

Méthodologie :

 

Fiche technique du sondage  
Début 27/06/2015
Fin 15/07/2015
Destinataires Cadres et dirigeants des entreprises bruxelloises (35,000)
Nombre de répondants 901
Méthodologie Sans pondération de type une entreprise, une voix
1er baromètre politique nov-10
Baromètre politique précédent nov-15

Les résultats complets figurent dans le rapport annuel 2015/2016 distribué avec la livraison de septembre du magazine Bruxelles Métropole à plus de 15.000 destinataires.

Consultation : http://onlinetouch.be/beci/2016-brussels-perspectives-fr#/14

  

Contacts Presse