Communiqué de presse - 16.06.2017

Bruxelles : faire de la mobilité une véritable priorité

À l’heure où la mobilité dans et autour de Bruxelles est la préoccupation numéro 1 des entreprises à Bruxelles, BECI apprend avec stupéfaction que le ministre Smet a prélevé 5,7 millions d’euros du budget régional Mobilité pour financer une autre compétence dont il a la charge à la Commission communautaire commune.

« À quoi bon voter un budget au parlement », s’étonne Olivier Willocx, administrateur-délégué de BECI, « si le ministre définance sa compétence de manière unilatérale ? Cette nouvelle tombe d’autant plus mal que, ce mardi 13 juin, nous avons lancé un appel conjoint avec la FEB, Voka et l’UWE à destination des quatre ministres de la Mobilité de notre pays pour qu’ils adoptent des mesures urgentes et prioritaires. »   

Cet appel a-t-il été entendu par Pascal Smet ? « Nous l’espérons », confie Thierry Willemarck, président de BECI. « Par ailleurs, je prends acte que le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, se dit soucieux de la mobilité bruxelloise. Je ne peux qu’encourager les ministres compétents à se mettre autour de la table. Les ministres doivent se parler et chercher ensemble des solutions. »

Quant au débat récent sur les voitures de société à Bruxelles, Thierry Willemarck ne cache pas son étonnement : « En tant qu’élément de la rémunération, c’est une compétence fédérale. Développer des dispositions particulières dans chacune des trois Régions accroît la complexité administrative. L’heure doit être à la simplification. Imaginez une entreprise qui a son siège à Bruxelles et des implantations à Zaventem, Namur et Hasselt. Eh bien, veut-on lui imposer quatre régimes légaux ? »

« Cela ne veut pas dire », complète Olivier Willocx, « que nous ne proposons rien contre l’autosolisme, bien au contraire. » Et Thierry Willemarck d’abonder : « Les employés apprécient énormément le package salarial flexible, le fameux plan cafétéria qui leur permet davantage de flexibilité en matière de bonus, de congés extra-légaux et dans le choix ou non de telle ou telle voiture de société. »

Et BECI de conclure en pointant cinq actions prioritaires à mener pour améliorer la mobilité à Bruxelles :

  • Procéder à l’automatisation du métro
  • Instaurer le budget mobilité pour l’employé, comprenant une intervention de l’employeur dans le prix du loyer ou de l’hypothèque
  • Instaurer la taxation kilométrique intelligente
  • Construire des parkings de dissuasion en lien avec les transports en commun et collectifs
  • Promouvoir les véhicules électriques partagés, notamment par le placement et l’exploitation de bornes de recharge

Pour plus d'informations :

Olivier Willocx

0475/51.31.58

ow@beci.be