Communiqué de presse - 03.08.2016

 CETA: le blocage est inenvisageable pour les employeurs

Les employeurs demandent à l’ensemble des autorités belges de se concerter afin de ne pas bloquer la ratification du Traité CETA (UE/CANADA). Un accord qui, par une décision récente de la commission doit être ratifié au plan européen mais également par les parlements nationaux. Pour la Belgique, on parle donc du fédéral et des entités fédérées.

Blocage belge ?

Plusieurs entités fédérées du pays (à Bruxelles et dans le Sud du pays) pourraient, comme suggéré dans des résolutions adoptées dans leurs parlements respectifs, refuser d’octroyer au Gouvernement fédéral les pleins pouvoirs pour signer cet accord. Cette situation préoccupe les employeurs. Une telle décision signifierait un blocage de l’ensemble du processus.

Ceci aurait de lourdes conséquences

  • sur l’image de la Belgique envers ses partenaires européens et d’éventuels investisseurs étrangers,
  • sur l’image de l’UE envers le Canada
  • sur la crédibilité de l’UE envers les autres partenaires avec lesquels elle négocie actuellement des accords commerciaux et d’investissements (USA, Japon, Chine, etc.).

A l’heure où l’on s’interroge sur les défis liés au BREXIT en Belgique et dans l’UE, et sur l’image de l’UE dans le monde, est-ce vraiment le genre de message que la Belgique veut envoyer ?

Cet accord  répond au mandat de négociation conféré en 2009 à la Commission européenne par l’ensemble des Etats membres de l’UE, dont la Belgique. Il doit être analysé sur base de ses mérites propres et non en lien avec d’autres négociations en cours, tel le projet d’accord TTIP entre l’UE et les USA.

Soutien au CETA

Le Canada est un partenaire économique important non seulement pour l’UE mais également pour la Belgique. Un cinquantaine d’entreprises sont présentes au Canada.S’ajoute à cela les entreprises belges, de toutes tailles, actives indirectement avec le Canada via les chaines de sous-traitance. Le CETA facilitera et dynamisera les échanges commerciaux grâce notamment à la suppression progressive de l’ensemble des tarifs douaniers. Il stimulera les investissements entre l’UE et le Canada et ouvrira de nouvelles opportunités pour nos entreprises actives au/vers les Canada.

Les employeurs en appellent donc à l’ensemble des autorités belges pour qu’une solution soit rapidement trouvée afin que la Belgique puisse signer l’accord CETA à l’automne. Et espèrent qu’il sera ensuite ratifié par l’ensemble des parlements compétents. 

 

Pour plus d'informations :

FEB : Bart Croes (bcr@vbo-feb.be)
Unizo : Sanderijn Vanleenhove (sanderijn.vanleenhove@unizo.be)
Boerenbond : Matty Veulemans (matty.veulemans@boerenbond.be)
AVED: Volker Klinges (volker.klinges@aved.be)
VOKA : Tom Demeyer (Tom.Demeyer@voka.be)
BECI : Jean-Philippe Mergen (jpm@beci.be)
UWE : Yves-Etienne Massart (yves-etienne.massart@uwe.be