Communiqué de presse - 21.05.2015

Export Day : Bruxelles veut s’exporter

Plus de 1.400 visiteurs se sont pressés le 7 mai dernier à Bruxelles Expo pour prendre part à l’Export Day (la journée de l’export et de l’entrepreneuriat international), organisé par BECI, la Chambre de Commerce de Bruxelles, en collaboration avec IZEO, le mouvement des indépendants et des dirigeants de PME.

Ce succès démontre l’intérêt des entreprises bruxelloises pour le commerce international ; un puissant moteur au service de l’économie régionale, dont le potentiel n’est sans doute pas encore pleinement exploité.

« La plupart des entreprises bruxelloises, quelle que soit leur taille, sont confrontées très tôt à l’internationalisation : la Belgique est un petit pays, dépourvu de matières premières, où la frontière n’est jamais loin. Un petit marché très ouvert, en plein milieu de la principale zone de création de richesse en Europe », explique Sabine Soetens, International Business Development manager de BECI. « On comprend pourquoi les exportations représentent plus de 85 % du PIB de la Belgique. »

« Plus qu’une opportunité, l’international est même une nécessité pour l’entrepreneur belge, qu’il soit actif en B2B ou en B2C. Sur le marché consommateur, pour peu qu’il trouve une niche, la Belgique sera très vite trop petite pour lui. Et sur le marché des entreprises, il ressentira encore plus vite le besoin de s’exporter, de trouver des partenaires… »

Trois objectifs pour Bruxelles

La part de Bruxelles dans les exportations belges avoisine les 20 %, mais elle pourrait encore croître – c’est du moins l’avis de BECI, pour qui la croissance économique de la Région bruxelloise sera nécessairement tirée par l'internationalisation de ses entreprises, créatrice d’activité et d’emplois. C’est l’un des meilleurs moyens d’atteindre les trois grands objectifs fixés par BECI dans sa vision du développement régional bruxellois, à l’horizon 2025 : faire de Bruxelles-Capitale la région la plus riche d’Europe en termes de PIB par habitant (ce qui revient à devancer Londres et Luxembourg), en faire une région reconnue en termes de mobilité, de sécurité, d’attractivité fiscale et de paix sociale ; enfin, ramener le taux de chômage dans la Région à moins de 10 % (contre 20 % aujourd’hui).

Outre 26 stands et 46 ateliers, l’Export Day a permis d’accueillir 60 sessions de coaching et, dans le cadre du Synergy Day, 133 rencontres B2B entre des entreprises de Belgique, du Luxembourg et du Nord de la France. L’événement se clôturait par une conférence en présence de Willy Borsus (Ministre fédéral des indépendants et PME) et Cécile Jodogne (Secrétaire d’État bruxelloise au commerce extérieur).

Cinq idées pour l’exportation

Au cours de la journée, 10 tables rondes, animées par des professionnels expérimentés dans les affaires internationales, ont donné l’occasion aux entrepreneurs bruxellois d’exposer leurs problèmes, leurs besoins mais aussi leurs propositions. BECI en a plus particulièrement retiré cinq idées, exposées par Sabine Soetens : « En matière d’aides financières, ce n’est pas le coût du billet d’avion qui empêchera les entrepreneurs de prospecter, mais bien la qualité du management. C’est là-dessus qu’il faut se focaliser. Il va sans dire que les entrepreneurs demandent aussi la poursuite de la réduction des charges au niveau fédéral, pour être plus compétitifs sur le marché international. Au niveau des formalités à l’exportation, personne ne s’étonnera que les sociétés demandent une administration plus rapide, plus flexible et plus adaptée à leurs besoins – les Chambres de Commerce belges ont elles-mêmes investi près de 1 million d’euros dans la plateforme numérique Digichambers, par où transitent 70% des formalités à l’exportation. Par ailleurs, nous pensons, avec les entrepreneurs, qu’il est bon pour l’image internationale de Bruxelles de permettre l’ouverture des magasins le dimanche. Enfin, pour conclure par une dernière suggestion, je voudrais citer l’un des entrepreneurs participants : ‘À notre époque de numérisation, quelle est la valeur ajoutée d'un attaché commercial qui envoie par fax les copies des pages jaunes locales ? Ne devrait-il pas plutôt se consacrer à faire l'analyse du marché, même si cela concerne des marchés de niche ?’ »

Autant d’idées offertes par les entrepreneurs bruxellois et soutenues par BECI, qui propose sa collaboration aux responsables fédéraux et régionaux pour les mettre en œuvre.

Rendez-vous est déjà pris pour une nouvelle édition de l’Export Day en 2016.

Pour plus d'informations :
Sabine Soetens
International Business Development Manager
0499 588 847— sso@beci.be

Jean-Philippe Mergen
Export Director
0474 27 56 30 – jpm@beci.be

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BECI (Brussels Enterprises Commerce & Industry) est issue du partenariat entre la Chambre de Commerce et l’Union des Entreprises de Bruxelles. BECI représente les deux tiers de l'emploi à Bruxelles et compte plus de 35.000 entreprises membres. BECI défend les intérêts individuels et collectifs des entreprises bruxelloises et leur propose un éventail étoffé de services.