Communiqué de presse - 07.09.2015

L’État doit “dé-discriminer”

Les entreprises veulent bénéficier de tous les talents

Après un travail de recherches, d’analyses et d’enquêtes sur plus d’un an, Beci diffuse aujourd’hui auprès des pouvoirs publics et de toutes les entreprises son Livre blanc de la Diversité et fait plusieurs constats dont un majeur : l’état discrimine.

« Notre enseignement est le socle de l’inégalité » souligne Thierry Willemarck, Président de Beci, en cette rentrée scolaire.

En effet, pour pouvoir développer la diversité, les entreprises doivent pouvoir bénéficier de tous les talents mais pour se faire, il y a lieu de supprimer les mécanismes institutionnels et sociaux de discrimination à travers toute la société notamment l’enseignement. Le Président rappelle les trois problèmes majeurs de l’enseignement, discriminant par le fait qu’il n’apporte pas la réussite à tous les élèves.

Un taux d’échec annuel donc de redoublement important chaque année. (18 % à Bruxelles en 2011).

Un taux élevé de sortie des jeunes de l’enseignement secondaire sans diplôme : aujourd’hui, près de 49,6 % des jeunes demandeurs d’emploi inoccupés (moins de 25 ans) ne disposent que du diplôme de secondaire inférieur ; c’est également le cas pour 26,7 % des 25-29 ans. Sans oublier des performances globales des élèves de l’enseignement francophone en dessous de la moyenne des 64 pays de l’OCDE.

C’est dommageable pour les entreprises mais également pour la société entière. Car le livre blanc expose d’autres constats plus positifs : « Diversity means performance ».

Pour les quatre formes de diversité - le genre, l’âge, l’ascendance étrangère et le handicap – l’étude en livre les bénéfices économiques.

Mais pour atteindre ces bénéfices, d’autres freins majeurs doivent être levés dont l’auto-discrimination des femmes. Car outre les mécanismes structurels dans les entreprises qui freinent l’accès des femmes aux postes à responsabilité, se juxtapose également l’intégration mécanique des préjugés, y compris chez les femmes, et qui créent des comportements d’auto-discrimination chez elles.

« Les entreprises investissent en assertivité mais il faut préparer les futures dirigeantes de demain dès l’enseignement. » souligne Hayate El Aachouche, conseillère en diversité chez Beci.

Pour atteindre la diversité dans sa globalité, Beci fait plusieurs recommandations notamment le fait que chaque ministre s’approprie la diversité dans ses compétences afin d’éliminer les mécanismes institutionnels et sociaux de discrimination en termes de genre, d’âge, d’ascendance étrangère, de handicap.

Les entreprises raisonnent sur la société et c’est la société entière qui doit « dé-discriminer ».

Pour plus d'informations :

Jan de Brabanter - 0499 58 88 45
Hayate El Aachouche 0471 32 26 93

Découvrir le Livre Blanc de la diversité en français et en néerlandais.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BECI (Brussels Enterprises Commerce & Industry) est issue du partenariat entre la Chambre de Commerce et l’Union des Entreprises de Bruxelles. BECI représente les deux tiers de l'emploi à Bruxelles et compte plus de 35.000 entreprises membres. BECI défend les intérêts individuels et collectifs des entreprises bruxelloises et leur propose un éventail étoffé de services.