La fédération patronale BECI réagit, surprise et mécontente, à la proposition du Ministre du travail Benoît Cerexhe qui veut obliger toutes les entreprises de plus de 100 travailleurs à communiquer toutes leurs offres d’emplois vacantes à ACTIRIS

Bruxelles, 30 avril 2012 – Jean-Claude Daoust, Président de BECI, comprend l’inquiétude de la région bruxelloise confrontée à des statistiques de chômage élevées mais demande avec insistance que nos entreprises ne soient pas obligées de transmettre systématiquement et obligatoirement leurs offres d’emploi via Actiris. Cela constitue, en effet, une ingérence dans leurs prérogatives et une obligation administrative supplémentaire et inutile dont elles se passeraient volontiers.

Que 52% des emplois à Bruxelles soient occupés par des travailleurs qui proviennent des autres régions, cela tient essentiellement au niveau d’enseignement, aux compétences requises et aux exigences spécifiques des emplois concernés.

Une discrimination « positive » en faveur des chercheurs d’emplois qui habitent en région bruxelloise serait dès lors inappropriée et, d’évidence, un mauvais signal qui ne ferait que perturber plus encore le marché du travail.

Olivier Willocx, Administrateur délégué de BECI : « Cela ne résoudrait pas le problème des jeunes peu ou pas qualifiés qui ne sont pas compétents pour la plupart des emplois proposés. Par exemple : les banques, les assurances, les restaurants, les hôtels et les administrations ont besoin de gens diplômés, formés, qui maîtrisent les langues.

Les emplois pour les travaux manuels simples pour lesquels aucune qualification n’est nécessaire sont plutôt disponibles en dehors de la région bruxelloise. Les chercheurs d’emplois jeunes et peu qualifiés doivent être prêts à chercher un peu plus loin que devant leur porte : c’est une illusion de croire qu’ils vont trouver ce genre d’emploi dans leur voisinage immédiat.

Pouvoir choisir son canal de recrutement et de sélection appartient au concept de la liberté d’entreprendre que nous défendons. De l’absence de liberté de pouvoir effectuer une recherche en interne ou via des cabinets spécialisés, où une recherche pour laquelle la discrétion est simplement requise, à l’obligation de tout transmettre à une administration, est inacceptable.

BECI demande que ACTIRIS fasse d’abord ses preuves en tant que service, office et observatoire efficace du marché de l’emploi! Les transmissions des offres d’emploi par les entreprises et administrations privées et publiques de la région Bruxelloises suivront spontanément, mais sans obligation légale.

Qu’Actiris fasse d’abord ses preuves par la qualité et pas par la loi ou la menace !

 

Pour plus d’infos :

Jean-Claude Daoust, Président, 0496 23 87 88

Olivier Willocx, Administrateur Délégué, 0475 51 31 58 - ow@beci.be

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BECI (Brussels Enterprises Commerce & Industry) est issue du partenariat entre la Chambre de Commerce et l’Union des Entreprises de Bruxelles. BECI représente les deux tiers de l'emploi à Bruxelles et compte plus de 35.000 entreprises membres. BECI défend les intérêts individuels et collectifs des entreprises bruxelloises et leur propose un éventail étoffé de services.