Brussels Metropolitan

Note de presse - 9 décembre 2010

Benchmarking International: la métropole Bruxelloise vis-à-vis d’autres métropoles européennes.

La métropole Bruxelloise résiste bien à la crise mais manque de dynamisme :

  • Un écart croissant entre la croissance démographique et la croissance de l’emploi.
  • Les services aux entreprises et le commerce restent les points forts.
  • Le potentiel du tourisme et des loisirs est sous-utilisé.

Ce sont quelques conclusions d’une recherche faite par le bureau Suisse BAK Basel Economics à la demande et en collaboration avec “Brussels Metropolitan”. Le bureau d’études a examiné l’évolution récente de l’économie de la métropole Bruxelloise comparée à celle de 14 autres métropoles européennes, ainsi que l’attractivité des métropoles à l’aide de divers indicateurs. Les résultats ont été présentés aujourd’hui à un symposium, organisé par “Brussels Metropolitan”, est une initiative de VOKA, BECI, UWE et de la FEB. Cette organisation développe des actions ciblées de développement socio-économique, de la métropole Bruxelloise, qui mettent l’accent sur l’interaction économique entre la région de Bruxelles capitale et la périphérie flamande et wallonne. Bruxelles Métropole bénéficie du soutien des trois régions.

  1. La métropole Bruxelloise résiste bien à la crise

    La récession économique, causée par la récente crise, s’est limitée à 2% dans la métropole Bruxelloise (BM), tandis que la moyenne des 15 métropoles européennes dépassait les 3 %. Seules les villes comme Lyon, Berlin et Luxembourg ont fait mieux. Par contre, des métropoles telles que Frankfort, Londres, Stockholm, Dublin et Milan ont connu une récession de 6%.

    Le bureau Suisse explique ce résultat moins négatif par la structure de l’économie Bruxelloise. Elle est davantage spécialisée en services publiques et en services aux entreprises qui sont moins sensibles à la conjoncture internationale.

  2. Un manque de dynamisme économique dans la métropole Bruxelloise

    L’économie de BM a connu au cours de la décennie écoulée, une croissance moyenne de moins de 2%, ce qui est légèrement au dessus de la moyenne des métropoles européennes. Luxembourg, Dublin, Londres et Madrid ont eu des meilleurs résultats dans la même période. La croissance de l’emploi dans la métropole Bruxelloise dans les 10 dernières années était d’un demi-pourcent en moyenne, ce qui est en-deçà de la moyenne européenne. La périphérie urbaine, située dans les arrondissements de Halle-Vilvoorde et de Nivelles, connait de meilleurs résultats au niveau de l’emploi. Le contraste avec l’évolution démographique est inquiétant. La croissance de l’économie de BM souffre d’un taux d’emploi insuffisant, surtout dans la région de Bruxelles capitale.

  3. Les Services aux entreprises de la métropole bruxelloise

    Les dix dernières années, la croissance de l’économie de BM a été réalisée dans le secteur des services aux entreprises. Ce secteur crée presque 18% de la valeur ajoutée dans la métropole Bruxelloise, tandis que la moyenne dans les métropoles européennes n’est que de 15 %. Les services financiers ont reculé ces dernières années, mais représentent encore plus de 10% de l’économie de BM. BM reste plus spécialisé dans le secteur bancaire mais cet écart se rétrécit. Le léger recul du secteur immobilier est plutôt frappant, parce que ce secteur a progressé dans la majorité des métropoles européennes. Un autre point névralgique est la position plutôt faible de l’HORECA et du tourisme, avec une faible 4% comparée à une moyenne de 6% dans les autres métropoles.

  4. L’Attractivité de la métropole Bruxelloise est sous-utilisée

    BAK Basel Economics a comparé la métropole Bruxelloise avec d’autres métropoles européennes tant sur le plan de l’attractivité pour les entreprises que sur celui des talents. Ils utilisent un ensemble de paramètres. Le score de Bruxelles dans la rangée des villes d’affaires est très positif. Le bureau suisse met cependant le doigt sur quelques points faibles.

    L’attractivité économique est freinée par le coût salarial et par la régulation du marché de l’emploi et des marchés des biens et des services. Il s’agit ici de freins qui se situent au niveau fédéral.

    La métropole Bruxelloise a un score élevé au niveau de sa situation géographique, de ses liens de transport au niveau international et de son potentiel scientifique. En matière de qualité de vie, le score de Bruxelles dans l’étude BAK est mitigé. Le nombre important de chercheurs d’emploi et le grand groupe de personnes à faible revenu, en combinaison avec un score très faible au niveau de la sécurité, influencent l’attractivité.

    Les points forts sont l’enseignement, les soins de santé et l’offre culturelle. Mais ces atouts créent insuffisamment de croissance : le secteur culturel et de loisirs ainsi que les soins de santé sont faiblement représentés dans l’économie de la métropole.

 

Plus d’infos sur le site : www.metropolitanbrussel.eu

 

Contacts :

VOKA :

BECI : Frans De Keyser fdk@beci.be

UWE : Jean De Lame jean.delame@uwe.be

VBO : Olivier Joris oj@vbo-feb.be

 

Brussels Enterprises Commerce and Industry Vlaams netwerk van ondernemingen Union Wallonne des Entreprises VBO-FEB
Région de Bruxelles-Capitale / Brussels Hoofdstedelijk Gewest Vlaamse overheid Région Wallonne Vlaanderen in Actie Pact 2020