Parkings bruxellois - Ou comment détruire 750 millions d’euros en pleine crise

La Région de Bruxelles-Capitale entend supprimer 25.000 places de parking hors voirie pour résoudre les problèmes d’engorgement. Elle se réfugie derrière un top cinq des villes les plus embouteillées d’Europe avec quelque 370.000 voitures qui circulent tous les jours dans la capitale. La Région part ainsi du principe que les stationnements à destination sont des aspirateurs à voiture. Or le parking n’est pas le problème, mais bien une partie de la solution pour la mobilité à Bruxelles. L’essentiel porte sur le développement d’une offre publique de transport capable de répondre aux besoins.

En effet, améliorer durablement la mobilité passe d’abord par la proposition d’une offre alternative complète et crédible. On est loin du compte : le RER a trente ans de retard, la STIB affiche complet, la SNCB est à la peine. Bref, l’investissement massif dans la mobilité s’impose aux décideurs publics. Par ailleurs, une meilleure coordination des politiques au niveau des trois Régions et du fédéral doit également s’opérer dans les meilleurs délais, notamment pour que le dispositif de stationnement de dissuasion et de transit ne soit plus seulement une déclaration de principe, mais une réalité.

Manifestement, plutôt que de prendre le taureau par les cornes sur ces aspects prioritaires, la Région préfère des mesures opportunistes rapidement mises en œuvre, injustes et inefficaces. Cette suppression de 25.000 emplacements de parking frappera finalement les ouvriers, employés et fonctionnaires qui ne pourront plus accéder à leur lieu de travail. De là à penser que certaines entreprises puissent se saisir de cette problématique pour s’installer en périphérie, voire quitter le pays, et d’autres, étrangères, d’investir ailleurs, il n’y a qu’un pas.

Les coûteux travaux réalisés sur le budget de la Région bruxelloise et les mesures de suppression des places de parking, en l’absence de véritables solutions en amont et en l’absence d’une réelle augmentation de l’offre de transports en commun, diminuent la mobilité à Bruxelles et aggravent le problème des nuisances (pollution et congestion). Comment comprendre qu’elles soient appliquées sans la moindre étude d’incidences complète sur tous les aspects (économie, mobilité, nuisances, etc..) et une très large concertation avec l’ensemble des intervenants concernés ?

Enfin, la suppression de 25.000 emplacements de parking hors voiries à Bruxelles est également économiquement catastrophique. La seule perte de valeur immobilière directe pour les propriétaires privés ainsi que pour les entreprises s'élève à 750.000.000 € (soit la valeur d'un emplacement de parking - 30.000 € - multipliée par le nombre de suppression 25.000). Une seule porte de sortie pour sauvegarder cette valeur patrimoniale… payer annuellement plus de 21.000.000€ de taxes supplémentaires, soit pas même l’équivalent d’un kilomètre de rail de métro. Il s’agit donc uniquement de combler les trous du budget régional.

Zone Superficie totale bureaux (m²) Nb. de places existantes Places excédentaires Amende par place (€) Amenda totale (€) 1e année
A 5.955.796 61.075 33.850 500 16.925.000
B 1.630.756 24.640 9.910 350 3.468.500
C 1.099.482 20.933 4.583 250 1.145.750
Total taxe 21.539.250

 

BECI et les fédérations professionnelles demandent avec insistance qu'un dialogue intervienne avec le gouvernement bruxellois pour fixer le cahier des charges d’une étude d’incidences complète et objective et qu’en attendant le projet actuellement en cours soit suspendu.

 Logos

Pour plus d'informations :

BECI
Olivier Willocx - 0475 51 31 58

UPSI
Olivier Carette - 0477 61 61 40

Touring
Danny Smagghe - 0476 54 21 42

Fédération des Parkings de Belgique
Roland Cracco – 02 549 58 16

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BECI (Brussels Enterprises Commerce & Industry) est issue du partenariat entre la Chambre de Commerce et l’Union des Entreprises de Bruxelles. BECI représente les deux tiers de l'emploi à Bruxelles et compte plus de 35.000 entreprises membres. BECI défend les intérêts individuels et collectifs des entreprises bruxelloises et leur propose un éventail étoffé de services.