Communiqué de presse - 21.04.2017

Plan Taxi : la réforme proposée vise un ‘same level playing field’

Le ministre Smet a proposé, en date du mercredi 19 avril dernier, sa réforme du secteur du transport rémunéré de personnes, mieux connue sous le nom de Plan Taxi. Les réformes suggérées cherchent à optimiser la mobilité à Bruxelles et à améliorer l’organisation du secteur par l’intégration des services de transport sur demande dans un cadre juridique.

« BECI plaide depuis toujours en faveur d’un cadre juridique qui instaurerait un ‘same level playing field’ pour tous les acteurs du secteur, à savoir les mêmes règles pour les mêmes activités. Par ailleurs, le secteur a besoin d’une libéralisation pour favoriser la concurrence et la différenciation des services, au profit du consommateur », estime Olivier Willocx, administrateur délégué de BECI.

BECI constate que la réforme proposée tend à instaurer un cadre unifié pour les divers acteurs du secteur, notamment dans les domaines de la sécurité, de la fiscalité et même de l’impact environnemental.

« La réforme prévoit une formation et une licence pour chaque chauffeur. Il est obligatoire de réussir la formation pour avoir le droit de transporter des personnes. Le fait d’accorder ces licences aux chauffeurs a le mérite de mettre en place un cadre fiscal clair et un statut social juridique. Par ailleurs, la préférence va aux véhicules hybrides ou électriques lors de l’octroi de ces licences », explique Ischa Lambrechts, Conseiller en Mobilité chez BECI.

BECI regrette cependant que la réforme vise un statu quo du nombre de licences, dans la mesure où elle se base sur le potentiel actuel de chauffeurs. Or, les 500 taxis supplémentaires dont il est question sont aujourd’hui déjà opérationnels sur l’une ou l’autre plate-forme.

« Il faudrait que la Région augmente progressivement les quotas de licences – ou les supprime – avant d’ouvrir le marché à d’autres opérateurs. La concurrence sur le marché a pour effet de stabiliser le nombre de véhicules », précise Ischa Lambrechts.

BECI est en outre favorable à la décision de garantir, à l’égard de l’utilisateur, la transparence du prix demandé (par le biais d’un appareil qui gère les tarifs, par exemple le taximètre ou une application smartphone).

 

Pour plus d'informations :

Ischa Lambrechts
Conseiller Mobilité BECI
ila@beci.be
0475/75.12.30