Communiqué de presse - 11.09.2013

Résultats financiers de SNCB Logistics : rien que des bonnes nouvelles ?

Alors que l’entreprise de transport ferroviaire autonome SNCB Logistics affiche enfin de bons résultats financiers, une grave menace guette notre économie : la suppression du service de transport diffus. Aujourd’hui, l’entreprise autonome de transport de marchandises SNCB Logistics, qui fait partie du groupe SNCB, a enfin communiqué des résultats positifs, tant sur le plan financier qu’en ce qui concerne l’amélioration de l’efficacité et des services pour le transport de marchandises par rail.

Les entreprises s’en félicitent bien entendu, car dans le cadre d’une mobilité durable et pour certains flux de marchandises spécifiques, le transport par rail est indispensable pour notre économie. Hélas, cette bonne nouvelle est d’emblée plombée par une autre beaucoup moins réjouissante : SNCB Logistics ne garantit en effet pas la survie du service de transport diffus, consistant à former un train au moyen de wagons de divers clients. Cette opération demande en effet davantage de manipulations et est donc plus onéreuse. Mais aussi absolument indispensable ! Si ce service disparaît, cela aura un impact énorme sur la compétitivité de nos ports et diverses industries se verront contraintes de s’établir ailleurs. Pour certains produits chimiques, le rail est le seul mode de transport autorisé. Quant à l’industrie métallique, elle fabrique des produits dont les dimensions excluent un transport par la route. Et bien d’autres secteurs encore font appel au transport diffus : si le service disparaît, tout ce trafic sera redirigé vers nos routes, ce qui constituera une catastrophe pour l’environnement, engorgera encore davantage la circulation et compromettra la sécurité.

Les organisations patronales ont déjà tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises auprès des autorités fédérales et régionales. Les employeurs demandent d’urgence une solution durable pour assurer la pérennité du transport diffus, mais aussi pour lever l’incertitude qui entoure ce dossier. En effet, qui voudra encore investir dans une zone portuaire s’il n’est pas certain que la liaison avec l’hinterland est garantie ? Les fédérations d’employeurs et les utilisateurs du service s’engagent d’ailleurs à participer activement à la recherche de solutions durables.

Pour plus d’informations: 

Voka
Frederik Meulewaeter
Porte-parole
tel: 02 229 81 22 / 0477 39 75 43
e-mail: frederik.meulewaeter@voka.be

Beci
Olivier Willocx
Administrateur-délégué
0475/513158
ow@beci.be

UWE
Yves-Etienne Massart
010/47.19.42 / 0476/45.01.33
yves-etienne.massart@uwe.be

FEB-VBO
Sine Sophie
Press Officer
02/515-08-03
ssi@vbo-feb.be