Communiqué de presse - 11.10.2016

Stages : tremplin pour l’emploi à Bruxelles

BECI – TRACÉ Brussels et JEEP renforcent le lien école-entreprise

En dix ans, le nombre de stages et de formation en entreprises (STE, FPI, CIP*) réalisé à Bruxelles est passé de 697 à 3.512 pour le public chercheur d’emploi. Ce sont essentiellement les stages de transition en entreprises qui explosent (moins de 30 ans). L’an dernier, près de 444 jeunes bruxellois supplémentaires ont pu bénéficier d’un STE par rapport à 2014, soit une augmentation de près de 25%. Deux tiers de ces stagiaires trouvent un emploi dans les 12 mois contre seulement 41,7% pour les jeunes n’ayant effectué aucun stage. Quant au nombre d’offres de stages proposé par les entreprises, il a lui aussi considérablement augmenté puisqu’il a connu un accroissement de 43% entre 2014 et 2015. Le lien entre ces dispositifs de stage et emploi est désormais parfaitement démontré, raison pour laquelle il convient de le renforcer encore. C’est l’objet de la note passée en Gouvernement bruxellois le 14 juillet dernier[1].

Ainsi, ce mardi 11 octobre 2016, BECI, Tracé Brussel et JEEP réunissent les entreprises et écoles bruxelloises afin de développer encore un mouvement qui est en marche en Région de Bruxelles Capitale. Soutenu par les Ministres Gosuin et Vanhengel, cet événement vise à jeter de nouveaux ponts entre l’univers de l’enseignement, de la formation professionnelle et celui du monde professionnel. Il s’agit notamment de sortir des réflexes de proximité géographiques pour les premiers, élargir leurs horizons. C’est également l’occasion de présenter et échanger les bonnes pratiques développées par chacun. BECI, en l’occurrence, développe la plateforme www.monstage.be  depuis plus de trois ans, qui présente les différents dispositifs de stages ainsi que leur disponibilité, que cela soit en Région Bruxelles Capitale comme en Flandres ou en Wallonie.

Jan de Brabanter, secrétaire général de BECI commente : « Cet évènement de rencontre est une belle opportunité pour nous connaitre, savoir quels sont les obstacles et opportunités pour développer les stages à Bruxelles, savoir comment attirer un maximum de candidats dans les dispositifs et, plus précisément, jauger les éléments qui font la qualité des enseignements que chacun retire de cette riche relation qu’est celle d’un stagiaire avec son formateur. Nous voulons également pouvoir exposer aux acteurs de l’enseignement quels types d’actions et de projets une fédération telle que BECI peut mettre en œuvre pour multiplier les opportunités de stages à Bruxelles et comment travailler ensemble pour améliorer la fréquence et la qualité des apprentissages. » 

Grâce au projet Jump, Tracé Brussel a construit un vaste réseau avec les écoles secondaires néerlandophones, et ce depuis 2007. Chaque année, Tracé Brussel s'adresse à 1500 élèves et enseignants de la région bruxelloise. Le dispositif « Jeunes, Ecole, Emploi, tout un Programme ! » intervient quant à lui auprès des écoles et étudiants francophones pour les sensibiliser aux réalités du monde professionnel. « Un stage, c’est se perfectionner à un métier et se confronter aux réalités de la vie professionnelle », note Maïté Leroy, coordinatrice du dispositif Jeep. « Pour le jeune, c’est également l’occasion d’élargir son réseau, ce qui peut se révéler important pour sa future recherche d’emploi ». Or, « Il n'est pas toujours facile de trouver un bon stage pour leurs élèves, leur réseau est limité, celui des écoles également » indique Vincent Verrydt, Responsable de la collaboration Enseignement - Travail chez Tracé Brussel. Cet événement de networking organisé avec BECI est une étape. Le but est de rassembler le monde de l'enseignement et celui de l'entreprise afin que tous deux puissent adapter leurs offres et leurs demandes. Les stages de qualité représentent indéniablement une valeur ajoutée à la fois pour l'étudiant, pour l'école et pour l'employeur.

Le Stage de transition en entreprise : il permet aux jeunes Bruxellois inscrits chez Actiris ayant au maximum leur CESS d’acquérir une première expérience professionnelle d’une durée de 3 ou 6 mois, tout en étant encadrés et en bénéficiant d’objectifs de formation par le travail.

La Formation professionnelle individuelle : l’employeur forme directement le chercheur d’emploi en fonction de ses besoins. Ce type de stage est suivi, au minimum, d’un contrat de travail à durée déterminée équivalent à la durée du stage.

La Convention d’immersion professionnelle : il s’agit d’une convention de stage en entreprise accessible à tout chercheur d’emploi. Elle permet d’apprendre un métier de manière pratique en étant immergé dans une entreprise.

 

Contact :

  • BECI – Jan de Brabanter : 0499/588 845
  • Tracé Brussel – Vincent Verrydt : 02 412 02 89 
  • Jeep – Maïté Leroy : 0497/43.88.76


[1] « Note de principe relative à la définition, à la régulation et au soutien des dispositifs de stage »