TTIP : un bon accord commercial avec les États-Unis est important pour le redressement de l'économie belge

  • Les exportations belges à destination des États-Unis représentent 20,7 milliards EUR
  • L'Union européenne et les États-Unis doivent être les premiers à définir les standards de demain
  • Le rythme des négociations doit être accéléré

À l’occasion de la nouvelle visite à Bruxelles du Président Barack Obama, la FEB, ses secteurs, et les organisations régionales d’employeurs BECI, UWE et VOKA, réitèrent leur plein soutien aux négociations en cours entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique en vue d’un « Partenariat Transatlantique pour le Commerce et les Investissements » (TTIP).

Les organisations d’employeurs estiment que la création d’une vaste zone de libre-échange transatlantique apporterait de nombreux avantages aux entreprises actives en Belgique, notamment en termes de stimulation et de facilitation des échanges commerciaux et des flux d’investissements vers et avec les USA. Ces retombées positives escomptées concernent à la fois les droits de douane (et les pics tarifaires auxquels sont encore confrontées certaines exportations belges), un accès accru aux marchés publics américains, et la levée d’obstacles et complications non tarifaires (générant des coûts importants pour nos entreprises) grâce à la convergence de diverses normes, procédures, tests ou standards (sans toutefois mener à un nivellement par le bas).

Un accord large et équilibré devrait donc avoir un impact positif sur la croissance et l’activité économique, en facilitant les échanges voire en générant de nouveaux débouchés pour de nombreuses entreprises exportatrices ou fournisseurs de celles-ci, et en réduisant les coûts de mise en conformité et les tracasseries administratives. De plus, il est primordial que l'UE et les USA tentent de définir ensemble les standards de demain, sans attendre que d'autres acteurs mondiaux le fassent à leur place.

Les organisations d’employeurs rappellent qu’aucun accord n’est encore conclu et qu’il faudra juger sur base du résultat final. Elles sont bien entendu conscientes de l'ampleur de la tâche et de la sensibilité de certains points abordés dans le cadre de ces discussions. Elles plaident pour que ces questions soient discutées sur la base de faits et de chiffres, et non d'affirmations non fondées. En effet, de nombreuses contre-vérités ou malentendus ont déjà circulé ces dernières semaines et sèment le trouble dans l’opinion publique. Il est donc important que la Commission européenne fasse preuve de transparence et poursuive ses actions de communication ainsi que ses consultations auprès des acteurs concernés. Ceci, afin de répondre aux interrogations et apaiser les craintes.

Les organisations d’employeurs appellent enfin les deux parties, la Commission européenne (agissant sur base du mandat conféré par les États membres) et les autorités américaines, à conserver l’élan voire à accélérer le rythme des pourparlers, ce qui impliquera des discussions plus concrètes et thématiques dépassant les questions de principe.

Pour les entreprises belges, les États-Unis sont un marché extrêmement important, puisqu'ils constituent notre cinquième client, avec des exportations se chiffrant à 20,7 milliards EUR en 2012 (soit une augmentation de 18,3% par rapport à 2011). Selon Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB : "Eu égard à la part qu’ils représentent dans nos exportations en qualité de cinquième client, un bon accord commercial avec les États-Unis est important pour garantir le redressement de notre économie. De plus, la Belgique étant un petit pays d'exportation, elle a tout à gagner de la poursuite de l'ouverture des marchés et de la facilitation des échanges avec les USA. Cet accord devra toutefois reposer sur une relation d'égal à égal fondée sur la réciprocité."

-----------------

 FEDERATION DES ENTREPRISES DE BELGIQUE

Laurent Sempot

Deputy Adviser, International Affairs
Europe & International

ls@vbo-feb.be  
T + 32 (0) 2 515 08 33

 

  • BECI-UNION DES ENTREPRISES DE BRUXELLES

Jean-Philippe Mergen

Directeur Commerce International

Top management

jpm@beci.be

00 32 (0)2 210 01 77

Logos