Un budget et des réformes structurelles !

A la veille d’un week-end essentiel pour la fixation des objectifs socio-économiques des prochaines années, la détermination d’un budget 2012 compatible avec les besoins de croissance du pays et nos engagements envers l’Europe, l’ensemble des organisations d’employeurs du pays tiennent à rappeler les objectifs incontournables qui devraient être atteints.

1.   La priorité est d’assurer le retour à la croissance, la création d’emplois et le maintien d’un niveau d’investissement élevé. Cet objectif ne pourra être atteint que par un effort profond d’assainissement des dépenses couplé à une limitation stricte des charges nouvelles pesant sur les personnes physiques et les entreprises.
La perte de compétitivité du pays comme vient de le rappeler le Conseil Central de l’Economie est criante et il faut prendre des mesures efficaces pour la restaurer non seulement dès 2012 mais jusqu’en 2015 pour concrétiser nos engagements au niveau européen.

2.   On ne maintiendra pas la confiance des investisseurs (inter-)nationaux dans notre pays en alourdissant de manière significative la charge fiscale des entreprises et des indépendants et sans garantir la pérennité et la sécurité juridique des mesures prises jusqu’à la fin de la législature.

3.   Le défi du vieillissement et du maintien des plus de 55 ans sur le marché du travail doit être relevé en prenant en compte les réalités démographiques et du maintien nécessaire des forces de travail sur le marché de l’emploi.

Nous sommes, comme tous, impatients que cette trop longue période de gouvernement en affaires courantes, se termine au plus tôt.  Nous sommes extrêmement conscients des conséquences néfastes de tout retard supplémentaire.

Il est cependant essentiel que l’accord de gouvernement porte sur la durée de la législature au-delà du seul budget 2012 et que cet accord de gouvernement décide les réformes socio-économiques urgentes pour l’avenir du pays sur lesquelles les partenaires sociaux ont indiqué ne pas pouvoir trouver un accord.

Nous mettons toute notre confiance dans le Formateur et les six partis réunis autour de la table pour traduire ces exigences fondamentales dans un accord de gouvernement suffisamment concret et exhaustif.


Communiqué de presse  FEB – UWE – UCM – BECI – VOKA – UNIZO – AGROFRONT – AAV