Communiqué de presse - 22.09.2017

Des indépendants contents de leur sort

Un nombre croissant de personnes optent pour une carrière d’indépendant. Certains se lancent d’emblée, tandis que beaucoup d’autres ne franchissent le pas qu’après quelques années en tant que salarié. Pourquoi cette décision ? Qu’attendent-ils de ce changement de carrière ? Et, avec un peu de recul, en sont-ils satisfaits ? Telles étaient les questions posées par la caisse d'assurances sociales Acerta à 1600 indépendants.

Sans surprise, 81,7 % sont motivés par l’idée d’« être son propre patron » (c’est même la raison n° 1 chez 31,4 % d’entre eux). Un choix qu’ils ne regrettent pas : la grande majorité trouve que cette attente a bien été rencontrée. Seuls  8 % sont forcés de constater que c’est un échec.

Pour beaucoup, pouvoir appliquer les connaissances et compétences acquises est un autre facteur de motivation –d’autant plus important que le degré de scolarité est élevé.

Les attentes sont moins satisfaisantes en ce qui concerne le contrôle de l’équilibre vie professionnelle-vie privée, qui figurait dans top 5 des motivations pour 60 % des indépendants. « Sur ces 60 %, 24 % doivent conclure que le privé et le professionnel sont aussi en déséquilibre en tant qu’indépendant », remarque Fabienne Evrard, directrice Starters & Indépendants. « Seule la motivation financière des débuts obtient un score pire encore dans l’évaluation. »

L’aspect financier, cité par 58,5 % des sondés, ne figure généralement qu’en 3e ou 4e place du top 5, complété par l’épanouissement personnel. De tous ces arguments, l’argument financier est au final celui dont les indépendants avouent qu’il leur a le moins souri. A contrario, à l’épreuve de la réalité, c’est l’appréciation des clients et la possibilité d’exploiter leurs compétences qui apportent aux indépendants leurs plus grandes satisfactions.  

Info : www.acerta.be