Communiqué de presse - 12.10.2016

“Les Belges et leur Smartphone”

Global Mobile Consumer Survey Belgique 2016

  • Une enquête révèle les habitudes des utilisateurs de smartphone belges
  • Les gens ont tendance à utiliser leur portable lorsqu’ils sont fort occupés, plutôt que lors de pauses ou moments de détente
  • 3 Belges sur 4 possèdent à la fois un smartphone et un laptop
  • 23% utilisent toutes les semaines leur téléphone portable pour parcourir des sites   web/applis de shopping, mais 4% seulement l’utilisent pour payer un produit.

Menée dans plusieurs pays, la Global Mobile Consumer Survey de Deloitte porte sur les utilisateurs de téléphones portables. Neuf ans à peine après le lancement du premier smartphone full touchscreen, le portable est partout. Le fait que plus de la moitié des utilisateurs belges de portable prennent leur téléphone dans les 30 minutes qui suivent leur réveil montre bien que notre téléphone reste le plus souvent à nos côtés et qu’il joue un rôle dans nombre de nos habitudes journalières.

“Notre étude, qui analyse les habitudes des utilisateurs belges de téléphone portable, montre que le Belge préfère son smartphone à tous les autres appareils. Il veut pouvoir se connecter aisément partout et à tout moment de la journée,” explique Vincent Fosty, TMT Industry Leader chez Deloitte. “Il est étonnant de constater que les gens utilisent davantage leur téléphone lorsqu’ils regardent la TV ou lorsqu’ils sont au travail que durant des périodes de pause, pendant un trajet un train ou en bus par exemple.”

L’ère de croissance du smartphone n’est pas finie

En Belgique, le succès du smartphone dépasse la performance des autres appareils. Les achats de tablettes et de laptops seront probablement moindres en 2016 qu’en 2013, mais l’intention d’acheter un smartphone ne faiblit pas.

L’appli représente l’une des innovations les plus révolutionnaires de la dernière décennie et  joue un rôle clé dans le succès commercial du smartphone. La quantité d’applis téléchargées varie. La principale raison de ne pas télécharger plus d’applis est la valeur ajoutée limitée que présentent ces applis supplémentaires aux yeux de l’utilisateur.

Aujourd’hui, trois Belges sur quatre possèdent à la fois un smartphone et un laptop. En général, les jeunes sont plus nombreux à posséder des appareils portables que les plus de 55 ans. En revanche, le taux de possession d’une tablette est moins élevé parmi les jeunes. Un smartphone sur quatre n’est pas ‘jeté’, la majorité des utilisateurs préférant garder un smartphone ‘en réserve’.

Même si l’Internet des Objets fait beaucoup parler de lui, l’intention d’acheter des appareils connectés (appareils ménagers intelligents, montre intelligente, bracelet de fitness, …) reste particulièrement limitée en Belgique, où aucun appareil connecté ne dépasse les 20% en termes de pénétration de marché.

Adoption de la 4G en hausse, mais le WiFi reste important.

Au cours des trois dernières années, la 4G a progressé au point de devenir le principal réseau data et son potentiel de croissance n’est pas encore épuisé. Cela n’empêche cependant pas les possesseurs de smartphone de continuer à faire confiance au WiFi, qui recueille la préférence de deux personnes sur trois en général.

Dans l’ensemble, le coût demeure le principal facteur de sélection d’un opérateur mobile et son importance ne cesse de croître. Une fois son opérateur mobile choisi, le Belge a de plus en plus tendance à s’abonner à d’autres services offerts par cet opérateur.

Prédominance du texting et du browsing

Selon l’enquête de Deloitte, seul un utilisateur sur quatre entre 18 et 24 ans utilise son téléphone mobile pour appeler  sur une base quotidienne. L’échange de messages de textes reste la méthode de communication la plus répandue, toutes catégories d’âge confondues. Les réseaux sociaux l’emportent sur l’e-mail, qui n’en demeure pas moins très populaire.

En ce qui concerne les achats, surfer sur les sites web/applis de shopping reste l’activité la plus courante. 23% des Belges utilisent chaque semaine leur téléphone portable pour parcourir des sites web/applis de shopping, mais 4% seulement l’utilisent pour payer un produit.

“Les banques et les grandes enseignes ont encore beaucoup d’efforts à faire pour accroître l’utilisation du portable pour des transactions financières,” ajoute Kasper Peters, responsable de la stratégie pour le secteur des services financiers chez Deloitte. “Pour près de la moitié des répondants, l’offre actuelle de services de paiement mobile en Belgique ne présente pas de valeur ajoutée,  en raison notamment du nombre très limité de solutions de transactions financières mobiles actuellement proposées sur le marché.”

 

Contact:

  • Anne-Catherine Vergeynst
  • Marketing & Communications Manager
  • +32 2 600 61 24
  • +32 477 68 61 37
  • avergeynst@deloitte.com