Communiqué de Presse - Brussels Metropolitan - 08.12.2014

Une nouvelle étude démontre l’absolue nécessité d’une politique concertée au bénéfice de la métropole bruxelloise

Bruxelles, 8-12-2014 – Aujourd’hui, BAK Basel Economics1 a publié les résultats de la mise à jour de sa “Benchmarking Analysis” de la métropole bruxelloise (=Région de Bruxelles-Capitale + Brabant wallon + l’arrondissement de Hal-Vilvorde)2.

Cette étude dévoile à nouveau un certain nombre de résultats surprenants en rapport avec notre capitale. Ainsi, la question se pose de savoir si dans le futur Bruxelles pourra maintenir sa position de tête en tant que 2è métropole la plus prospère d’Europe de l’Ouest. Bruxelles fait en effet face à trois défis de majeure importance: (1) les chiffres relatifs à la croissance de l’économie dans la métropole semblent à peine suffisants pour compenser la croissance de la population, (2) la croissance n’évolue pas à la même vitesse dans les différentes parties du territoire qui composent la métropole bruxelloise et (3) l’offre en matière d’emplois peu qualifiés reste limitée. Une politique à l’échelle métropolitaine s’impose donc.

Bruxelles est la 2e métropole la plus prospère d’Europe, après Londres et Paris. Mais Bruxelles pourra-telle maintenir cette position dans le peloton de tête dans les années à venir?

La croissance économique dépasse à peine celle de la population

Les 10 dernières années, la population de la métropole bruxelloise a connu une croissance de 1,2% par an. Ce phénomène n’est toutefois pas unique: la croissance de la population dans des villes comme Madrid (1,4%), Dublin (1,4%) et Stockholm (1,4%) est même supérieure pendant la même période. Contrairement à ces villes, la croissance de la population à Bruxelles n’a toutefois pas ralenti pendant la crise économique. Ceci s’explique par le fait que l’augmentation de la population à Bruxelles s’explique pour la majeure partie par l’immigration et non par la conjoncture économique (plus ou moins d’emplois dans les villes). En combinant ce chiffre avec la croissance économique de 1,4% par an entre 2002 et 2012, la croissance en termes de PIB par habitant (0,2% par an) est donc logiquement assez limitée.

Les différentes parties du territoire évoluent à des vitesses différentes

La croissance plus rapide en dehors de la Région de Bruxelles-Capitale est une tendance qui se poursuit. Depuis 1980 l’emploi à Bruxelles a augmenté de 4% alors qu’en dehors de la Région ce chiffre est de 40%. Plus que jamais, une politique concertée au niveau de la métropole semble requise, en regardant plus loin que les limites administratives des Régions.

L’offre en matière d’emplois peu qualifiés reste limitée

Près de 80% des emplois dans la métropole bruxelloise sont destinés à des travailleurs hautement qualifiés. Ce fait est évidemment étroitement lié au rôle de Bruxelles comme centre administratif. Il résulte toutefois de l’étude de BAK Basel qu’il y a encore un potentiel de croissance dans les secteurs qui font appel au travail peu qualifié. C’est notamment le cas dans le secteur touristique qui à Bruxelles ne représente que 3,4% du PIB total (à Vienne, c’est le double). Il en va de même en ce qui concerne le secteur du transport et d’autres fonctions de soutien métropolitaines telles que les soins de santé. Brussels Metropolitan: de qui ou de quoi s’agit-il ? Brussels Metropolitan est une initiative des quatre fédérations patronales BECI, Voka, l’UWE et la FEB qui a pour but de promouvoir la coopération entre les différents acteurs privés et publics dans la métropole bruxelloise.

Des questions ?

Alain Deneef (Intendant)
alain.deneef@brusselsmetropolitan.eu
0475 48 48 10

Martijn Dehaene (Interel)
martijn.dehaene@interelgroup.com
0496 78 34 26

1 BAK Basel Economics est un institut de recherche économique indépendant suisse (créé en 1980).

2 Cette étude a été réalisée en 2007. Elle a été actualisée en 2013.