Votre avocat fait-il du bon boulot ?

Plus de 16.000. C’est le nombre d’avocat recensés en Belgique.

Et chaque jour, des dizaines d’affaires sont traitées par les tribunaux compétents. Bon nombre de celles-ci sont liées au droit des affaires. Dès lors, nous avons voulu savoir ce que vous pensiez de votre avocat. Découvrez les résultats de notre enquête.

200 entreprises nous donnent leur avis

Afin de mieux cerner les attentes et besoins de nos membres, notre Centre de Connaissances réalise régulièrement des études de terrains.

Une de celles-ci portait sur votre relation avec votre avocat. En effet, il existe bien des idées reçues sur le rôle de l’avocat, ses résultats, ses honoraires,… Êtes-vous satisfait de ses prestations ? Sa rémunération vous semble-t-elle appropriée ? Quelle qualité appréciez-vous le plus chez lui ? BECI a interrogé près de 200 entreprises sur le sujet.

Efficacité vs honoraires

Plusieurs résultats marquant sont ressortis de notre enquête :

Il apparaît dans un premier temps que 94 % des clients préfèrent un avocat qui s’oppose à eux, dans leur intérêt, en lieu et place d’un conseil qui fait le minimum sans faire preuve d’une grande originalité dans la défense de leurs intérêts.

De fait, un avocat qui proposera plusieurs pistes de solutions, fera preuve d’originalité et de combativité sera mieux perçus par le client.

La question des honoraires a également été abordée ; 63 % des sondés estiment que les honoraires sont surévalués par rapport aux prestations effectuées. Seuls 36 % les jugent en adéquation avec le traitement de leur dossier.

Qu’est-ce qui fait un bon avocat ?

Outre ces deux aspects, nous avons également voulu sonder les répondants ayant eu à faire à un avocat sur certains traits de leur personnalité.

Les sondés ont côté entre 1 et 4 leur degré de satisfaction et il ressort que la majorité des sondés ont un bon degré de satisfaction (3) concernant la qualité des avocats :

 

Une justice équitable ?

Dans l’ensemble, la conclusion de cette enquête reste donc assez positive. En effet, 63% des sondés indiquent être d’accord avec les décisions de justice.

Ils indiquent également  que certains  paramètres entrent en jeu lorsque le juge tranche le litige.

Les deux paramètres les plus cités sont :

  • l’expérience professionnelle qu’il a pu avoir en dehors du métier de juge (56 %) ;
  • et ses expériences de vie (51 %).

L’âge est aussi mentionné comme étant un facteur d’influence.

Parallèlement à cela – et c’est une bonne nouvelle – notre enquête démontre aussi que les alternatives aux procès classiques ont de de plus en plus de succès : 60 % des répondant déclarent ainsi avoir déjà eu recours au processus de médiation et 85 % à l’arbitrage.

En conclusion, nous pouvons dire que les sondés perçoivent leurs avocats comme des conseillers utiles, compétents mais quelque peu coûteux, raison pour laquelle les solutions alternatives ont de plus en plus d’adeptes.

 

Cet article vous est proposé par Hayate El Aachouche, Conseiller chez BECI, le 30.10.2015.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons directement votre texte, s'il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu'il nous est fourni en français et néerlandais.

Vous souhaitez partager votre expertise auprès de milliers d'entrepreneurs ? Envoyez-nous votre proposition de contenu à newsletter@beci.be.