Gestion des coûts : affaire de bon sens

Pour augmenter le résultat de l’entreprise, la règle est simple: il faut soit augmenter le chiffre d’affaires, soit diminuer les dépenses.

Le réflexe d’augmenter d’abord les ventes est courant. Si cela peut améliorer le résultat, l’effet est cependant beaucoup plus marquant en diminuant les coûts.

Réduire les dépenses

Réduire les dépenses de 10%  rapporte plus qu’augmenter le volume de ventes de la même proportion et est plus facile que de tenter une augmentation des prix.

Dans cet esprit, il est souvent opportun de se concentrer particulièrement sur les 20 % des dépenses les plus importantes afin de parer au plus urgent.  Les coûts stratégiques sont à privilégier ; les frais de structure sont à « couper ».

Frais de fonctionnement

Les frais généraux peuvent souvent être réduits : frais de locaux, de voiture, d’administration,…(tout en maintenant un cadre de travail agréable et confortable).

La complexité coûte cher : les processus internes ont intérêt à être simplifiés. Certains niveaux hiérarchiques peuvent être compressés tout comme la procédure des commandes ou des livraisons.

Fournisseurs

Il est également souvent porteur de  visiter les fournisseurs pour estimer avec eux ce qu’ils pourraient faire comme efforts compte tenu de la solidité des relations. Un client fidèle est trop vite oublié…

Réaliser des appels d’offres pour les achats importants permet aussi de gagner des sous.

Frais des collaborateurs

Au niveau du personnel, des lignes budgétaires annuelles strictes doivent être fixées.

Avec la possibilité de dépassements en cas de justifications probantes et l’accord préalable du responsable de département par exemple.

L’objectif est de motiver les collaborateurs à être économes tout  en autorisant les exceptions pour ne pas casser les initiatives.

Aussi, la rationalisation des dépenses (et le suivi qui y sera apporté) peut être expliqué aux collaborateurs en… partageant un verre. Une démarche expliquée et comprise passe toujours mieux !

Bien choisir

Attention toutefois: la coupe de coûts ou la recherche des plus petits prix est à comparer avec le niveau de qualité et le service attendus (disponibilité, délais de livraison,…). 

Couper des coûts peut en causer d’autres ! Enfin, oubliez le besoin de “faire des frais” pour y gagner fiscalement. Cela dégrade la trésorerie et les marges avec le risque de déstabiliser l’activité.

Une affaire de bon sens

La gestion des coûts est affaire de volonté, de bon sens et… d’organisation.

Le principe de base est simple : il n’y a pas de petits coûts. Il y a lieu d’être attentif à chaque dépense et de garder  en tête la notion de « chiffre d’achats » (et plus uniquement celle de chiffre d’affaires).

En cas de restructuration des coûts, il s’agit de favoriser les coûts stratégiques et de réduire les autres. Si ce principe semble évident en théorie, force est de constater qu’en pratique, les coûts stratégiques sont souvent rabotés en priorité.

Les coûts du personnel sont rapidement sabrés  alors qu’ils représentent souvent une véritable ressource stratégique, les frais de publicité sont généralement stoppés et la créativité mise au placard  si elle nécessite des frais. Il suffit de faire le contraire…

 

Cet article vous est proposé par Olivier Kahn, Coordinateur au Centre pour Entreprises en difficulté, le 02.09.2014.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons directement votre texte, s'il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu'il nous est fourni en français et néerlandais.

Vous souhaitez partager votre expertise auprès de milliers d'entrepreneurs ?  Envoyez-nous votre proposition de contenu à newsletter@beci.be.