Financement d’entreprise: Avez-vous déjà pensé au crowdlending ?

Par Xavier de Troostembergh (KBC) - 25 octobre 2017 à 17:10 | 589 vues

Dans le financement participatif, on connaît le crowdfunding, moins le crowdlending. Le premier s’adresse prioritairement aux startups, le second concerne les PME, quel que soit leur secteur, et leur offre une solution supplémentaire pour financer leur développement. 

Le crowdfunding s’est fait connaître avec les startups. Il s’adresse aux jeunes entrepreneurs, actifs dans le digital mais pas seulement, qui recherchent du financement afin de lancer leur société. Des particuliers intéressés par le projet investissent alors dans l’entreprise naissante. Ce mode de financement participatif est aujourd’hui bien connu et a fait ses preuves. Le mécanisme est identique pour le crowdlending mais il ne s’agit pas ici d’une prise de participation dans le capital de l’entreprise mais d’un prêt qui peut prendre la forme d’un emprunt obligataire avec un taux d’intérêt déterminé sur la durée de l’obligation.

Le crowdlending s’adresse aux sociétés plus matures qui affichent un chiffre d’affaires, dégagent du cash-flow, s’appuient sur une clientèle existante, etc. Elles disposent donc de capacités de remboursement. Ce qui n’est pas le cas d’une startup qui doit se limiter à ses débuts à de l’equity crowdfunding. Les PME qui souhaitent bénéficier du crowdlending doivent donc avoir un track record.

On constate que la plupart des dirigeants de PME ignorent cette solution de financement. À leur décharge, on peut dire que le financement participatif est relativement récent et que le crowdfunding ne s’adresse pas de prime abord aux entreprises déjà solidement implantées. C’est pourquoi, il est important que le secteur du financement participatif fasse un effort de communication et aille à la rencontre des chefs d’entreprises via les chambres de commerce, les associations d’entreprises, les médias, afin de leur montrer que ce mode de financement, via le crowdlending, peut leur convenir et participer au développement de leur société.

D’autant que le crowdlending est davantage qu’un outil supplémentaire de financement. Outre cet aspect essentiel, le crowdlending présente d’autres avantages pour une PME. D’abord, le marketing. En faisant appel au financement participatif, la PME va toucher un public large composé de l’ensemble des membres de la plateforme de crowdlending qui se compte en plusieurs dizaines de milliers. Ensuite, une partie de ceux-ci, qui varie en moyenne entre 100 et 200 particuliers, va investir et devenir ambassadrice de la marque. Enfin, il est intéressant pour la PME d’organiser une à deux fois par an une réunion de sa communauté d’investisseurs afin de présenter les avancées du projet mais également de bénéficier de l’expertise et du réseau de ces investisseurs.

Un intérêt moyen de 6 à 9 %

Quel que soit leur secteur d’activités, toutes les PME, pour autant qu’elles présentent un bon dossier, peuvent utiliser le crowdlending comme source de financement. Le crowdlending peut financer tout ou partie d’un investissement. Dans certains cas, il peut compléter le financement bancaire d’autant plus que dans le cas d’un emprunt obligataire subordonné, il sera considéré par la banque comme un quasi fonds propre. En termes de secteurs, on peut retrouver aussi bien une brasserie, un fabricant de chemises, un concepteur de systèmes d’appel pour les maisons de repos, un producteur de lasers industriels, etc.

Last but not least, le crowdlending est avantageux pour la PME mais également pour l’investisseur. On lui présente régulièrement des dossiers et il choisit ce qui l’intéresse. Depuis le 1er février, le plafond est monté à 5.000 euros d’investissement par dossier. L’intérêt moyen se situe entre 6 et 9% selon le profil de risque de la société. De la même manière que la PME diversifie ses sources de financement, le particulier peut diversifier ses investissements. Par ailleurs, le crowdlending s’inscrit dans une tendance lourde. Les particuliers souhaitent aujourd’hui de plus en plus donner du sens à leurs investissements. Le financement participatif leur permet d’investir localement, dans du tangible et de choisir le secteur d’activité. Avec le crowdlending, le particulier a un impact direct sur l’économie.

Partager