Ce que 2018 va changer

Par  -  - 29 novembre 2017 à 14:11 | 273 vues

©Reporters

2018 s’annonce comme un grand cru pour le business. L’économie va plutôt bien : la zone euro devrait connaître la croissance la plus rapide depuis dix ans (2,1 % selon les prévisions de la Commission européenne, revues à la hausse). Et, même si la Belgique fera moins bien (1,7 % attendu par le Bureau du Plan), il y a de quoi se féliciter : la croissance n’aura jamais été aussi élevée depuis 2010. Ce qui ne gâche rien : l’indicateur de confiance des entrepreneurs, publié par la BNB, est repassé dans le vert au mois d’octobre. Bref, il y a matière à optimisme.

Mais 2018 sera aussi une année de grands changements. D’importantes réformes s’annoncent, qui auront un impact certain pour les entrepreneurs. À commencer par la refonte du droit des sociétés (« Un bond en avant de deux siècles », selon le ministre Koen Geens) : nous l’évoquions dans notre dernier numéro et nous y reviendrons encore. La réduction du nombre des formes de société de 17 à 4 en est sans doute l’aspect le plus visible, mais la réforme du droit d’insolvabilité ou la fin de la théorie du « siège réel » ne sont pas moins importantes.

On peut espérer que ce nouveau droit des sociétés ait un impact globalement positif. De même, on se réjouira de la réforme de l’Isoc : dès 2018, le taux d’imposition nominal passera de 34 à 29 %. 2018 verra aussi la mise en œuvre du nouveau régime fiscal pour l’économie collaborative. Sans oublier l’extension des flexi-jobs, la réduction des charges ONSS, la révision des délais de préavis ou l’entrée en vigueur de la prime bénéficiaire – pour ne citer que ces exemples… Des évolutions qui vont plutôt dans le bon sens.

À l’échelon bruxellois, la réforme des aides à l’exportation, que nous évoquions en novembre, se présente comme un autre changement d’importance, positif pour les PME : on en attend une simplification des procédures, une majoration de certaines aides (pour les starters et les néo-exportateurs) et une plus grande latitude dans leur utilisation.

Le règlement général européen sur la protection des données (RGPD, qui doit entrer en vigueur fin mai) fera sans doute davantage grincer les dents des entrepreneurs : l’adaptation s’annonce lourde, de même que les sanctions en cas de non-respect. Mais il y a là aussi une opportunité : l’exploitation du big data en sera bouleversée. Ceux qui s’y adapteront le plus vite et le mieux prendront une belle longueur d’avance sur leurs concurrents.

Dans notre numéro de janvier, nous passerons brièvement en revue tous ces changements qui doivent interpeller les entrepreneurs.

Mais une organisation comme Beci se doit d’aller plus loin, à vos côtés, pour vous aider à les comprendre, les assimiler et en tirer avantage.

C’est dans cet esprit que Beci organise, du 12 au 14 décembre, trois jours de séminaires avec 40 experts disponibles pour rencontrer les entrepreneurs et leur répondre. Gratuitement. Parce que tel est notre rôle, et parce que nous vous souhaitons de saisir toutes les opportunités de 2018 !

Partager