Une coopérative pour valider, accompagner et financer vos projets

Par Johan Debière  - 30 janvier 2018 à 13:01 | 277 vues

Les fondateurs de Citizenfund, de gauche à droite. En haut : Alexandre Ponchon, Alain Boribon, Bastien Van Wylick et Alexandre Philippe. En bas : Thibaut Martens, Axel Kuborn et Anthony Naralingom.

Qui ou quoi de mieux qu’une coopérative pour porter un projet d’économie circulaire et collaborative ? Ce constat, cela a été celui d’Alain Boribon et des six fondateurs de Citizenfund. Cette coopérative citoyenne d’investissement vise les projets de transition. À Bruxelles, mais aussi partout en Belgique.

Une  » coopérative des coopératives « 

Tous entrepreneurs, et pour certains experts dans l’accompagnement de projets entrepreneuriaux, les fondateurs de la jeune Citizenfund (portée sur les fonts baptismaux en novembre dernier) connaissent bien les difficultés auxquelles les porteurs sont confrontés, en particulier lorsqu’ils ont décidé de faire bouger les lignes avec un projet circulaire ou un projet d’économie collaborative. S’il est déjà parfois malaisé d’obtenir de l’argent pour un starter, que dire des porteurs qui se lancent dans des projets alternatifs, qui ont un bel avenir, mais tout à prouver ? Et qui n’évoquent rien de très familier aux bailleurs de fonds, plus habitués aux projets conventionnels ?

L’idée de Citizenfund ? Permettre aux porteurs de faire valider leur projet, mais aussi de pouvoir accéder plus facilement et plus rapidement aux financements nécessaires à partir des mises des coopérateurs de Citizenfund et ainsi rendre leur activité plus pérenne. « C’est cette intervention de Citizenfund au niveau de la validation, ainsi que l’accompagnement proposé qui fait toute la différence avec une plateforme de crowdfunding », explique Alain Boribon. Le statut de société coopérative de Citizenfund n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard.

« Avec sa manière de fonctionner et de par le fait qu’elle propose une démarche qui n’a aucun rapport avec les plateformes d’investissement spéculatifs, Citizenfund renoue avec l’esprit originel des coopératives où chaque coopérateur a voix au chapitre. Nous avons d’ailleurs pour vocation d’être une ‘coopérative de coopératives’, afin de permettre aux gens associés à l’initiative de s’inscrire dans un mouvement large et en quelque sorte démultiplié. Avec le rêve de déborder bien vite de Bruxelles et d’aller au-devant des porteurs partout en Belgique, et pourquoi pas à l’étranger. »

Pas de rendement garanti

En achetant une ou plusieurs parts dans Citizenfund, le coopérateur (qu’il soit en personne physique ou en personne morale) « met son épargne à disposition de projets de transition. Il n’y a aucun rendement financier garanti, mais la diversité des projets sélectionnés et la validation par l’équipe permet de réduire très fortement le risque », souligne Alain Boribon.

À l’heure où les rendements des comptes épargne classique sont plats comme des figues, cela peut être parlant. La mise minimale est de 250 euros, ce qui correspond à une part dans Citizenfund. Le citoyen ou la personne morale détient ainsi déjà une voix. Cela lui permet d’ailleurs d’être à égalité avec une personne (physique ou morale) qui en détiendrait plus. Le principe des coopératives, « un coopérateur, une voix » est en effet strictement préservé.

Un maillage propice au développement d’idées

Les fondateurs de Citizenfund assurent par ailleurs que le processus de sélection reposera sur des critères rigoureux. Une transparence totale sera appliquée. De plus, les mesures qui s’imposent pour éviter tout conflit d’intérêts seront prises. « Outre un représentant de l’équipe de fondateurs, le comité de sélection fera appel à deux experts dont l’avis sera prépondérant, et à deux coopérateurs élus par leurs pairs. Dans tous les cas, c’est l’ensemble des coopérateurs qui seront appelés à donner leur feu vert ou non au projet proposé », explique encore Alain Boribon. Un observateur sera par ailleurs chargé de s’assurer que le projet soutenu reste bien dans les lignes tracées.

« Avec ces mises allant de 250 à 5.000 euros, Citizenfund pourra investir sous forme de prêt ou en capital dans des entreprises qui ont des projets de transition, c’est-à-dire dans le domaine de l’économie circulaire, de l’économie de la fonctionnalité ou de l’économie collaborative. »

Au-delà de la dimension financière et de l’objectif de lever 1,5 million d’euros par an, la volonté est aussi de créer un véritable maillage entre ces acteurs. Cela pourrait donner des idées à d’autres entrepreneurs, à d’autres créateurs. C’est tout le mal qu’on leur souhaite…

 

Curieux de connaître des initiatives dans l’économie circulaire? Commencez par lire notre article sur Genius Cycle, une initiative de récolte des ordinateurs défectueux.

 

 

 

 

Partager