Quels sont les axes d’un développement international pour une PME ?

6 février 2018 à 14:02 | 187 vues

©Thinkstock

Depuis 2008, Enterprise Europe Network (EEN) accompagne les PME européennes dans leur développement international . Au sein de ce réseau de 600 organisations réparties dans plus de 60 pays, Beci, la Chambre de Commerce de Bruxelles, fait office d’organisme de référence pour les entreprises bruxelloises, en consortium avec impulse – et sera à leurs côtés en 2018.

Franchir les frontières, exporter, développer une activité internationale, c’est une opportunité majeure pour beaucoup de PME. Mais c’est sans doute une démarche qui leur est plus difficile qu’à une grande entreprise ; question d’échelle, de moyens et de compétences internes. C’est là qu’intervient EEN, en offrant à travers Beci un accompagnement aux PME bruxelloises dans leur développement international . En 2018, quatre axes prioritaires seront déployés.

1. Le marché intérieur européen 

De nombreuses réglementations européennes sont mises en place pour soutenir les PME. Encore faut-il que celles-ci connaissent ces réglementations pour en retirer tout le bénéfice et les intégrer dans leur stratégie de développement. La transformation numérique occupera une place importante dans le menu des séminaires et formations 2018. L’information sera également axée sur des modifications futures de certaines réglementations européennes : produits à double usage ou détachement des travailleurs, par exemple, sans oublier la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles, qui entrera en vigueur au mois de mai.

2. Les marchés publics européens

Ceux-ci offrent de nombreuses opportunités d’affaires aux PME. Être informé sur les appels d’offre concernant un secteur particulier, une catégorie de donneurs d’ordre ou encore un pays spécifique, permet de sélectionner les appels intéressants. Beci peut aider les entreprises à configurer des alertes personnalisées.

3. Développement international 

Développer des relations d’affaires en dehors de l’UE représente un défi pour nombre de PME. S’informer sur les réglementations locales, bénéficier des accords commerciaux entre l’UE et certains pays, utiliser au mieux les outils européens disponibles (notamment en matière de financement de projets par l’UE dans des pays émergents), permet à la PME de maximiser ses chances de réussite. Un séminaire sera consacré à cette thématique.

Le 27 mars, Beci organise avec les douanes un forum d’échange axé sur l’impact du Brexit pour les entreprises bruxelloises, la nouvelle réglementation en matière d’origine préférentielle (système REX), les règles et droits spéciaux pour l’import-export vers des pays spécifiques hors UE, et enfin la numérisation et l’e-commerce.

L’approche culturelle ne sera pas non plus oubliée avec un focus sur le Japon.

4. Trouver le bon partenaire à l’étranger 

Se donner une visibilité internationale permet de susciter l’intérêt spontané d’entreprises étrangères. Afin de filtrer les sollicitations, la plateforme web de mise en relation EEN publie des profils et propositions d’affaires anonymes de sociétés issues de 63 pays où le réseau est présent. Beci insère les profils et propositions d’affaires commerciales des sociétés bruxelloises et met en relation les sociétés qui ont un intérêt mutuel de contact. Les entreprises peuvent par ailleurs rechercher proactivement des profils intéressants sur la plateforme, brusselsnetwork.be. Le suivi de la mise en relation est assuré par les organisations du réseau.

Les événements de matchmaking organisés par EEN permettent aux entreprises de se rencontrer sous forme de rendez-vous pré-organisés. Parmi les nombreux événements proposés par EEN, Beci en cible quelques-uns sur lesquels elle accompagnera les entreprises bruxelloises. Dans le secteur agro-alimentaire, Tavola Food Business meetings les 12 et 13 mars à Courtrai et une invitation d’acheteurs en France en novembre sont à bloquer dans les agendas. Des événements dans le retail et la mode seront également sélectionnés. Des visites de délégations étrangères à Bruxelles sont annoncées en provenance d’Égypte, de Chine et du Nigéria.

Enfin, une mission à la Banque Européenne d’Investissement visitera Londres les 22 et 23 mars. Des contacts sont prévus avec les entreprises londoniennes.

 

 

Partager