Comment faire un business plan ? 7 conseils pour l’élaborer

Par Peter Van Dyck  - 20 février 2018 à 11:02 | 496 vues

©Thinkstock

L’élaboration d’un business plan incite l’entrepreneur à réfléchir mûrement à la manière de faire aboutir au mieux son projet. D’autant plus que, sans plan réaliste, l’entrepreneur aura bien du mal à obtenir un prêt de sa banque ou à attirer des investisseurs. Vous voulez savoir comment faire un business plan ? Voici quelques conseils pour se constituer un dossier crédible…

Même si la loi ne l’impose pas à l’entrepreneur individuel, toute personne qui veut lancer une entreprise a tout intérêt à préparer un business plan qui balise la démarche envisagée. L’autocritique est d’ailleurs bien utile pour se forger une image claire du projet et ainsi en évaluer la faisabilité. Cet exercice bénéficiera aussi des commentaires de tiers aux profils divers, car leur recul peut apporter des éclairages intéressants.

Tout commence généralement par une idée. Ceci étant, elle ne prendra vraiment forme qu’en élaborant un plan d’entreprise, idéal pour vérifier la solidité et la viabilité du projet. Voilà pourquoi le business plan est fondamental.

Évitez le plan standardisé : il vous faut absolument un dossier tout à fait personnel, capable de susciter la confiance des tiers à qui vous allez le soumettre, notamment des banquiers. Ce plan est incontestablement un outil de persuasion à leur égard. Les investisseurs bancaires vous feront plus vite confiance s’ils découvrent un projet pertinent et dûment réfléchi. Votre crédibilité en sortira grandie, entre autres auprès de futurs partenaires

 

Définir la voie à suivre

Ce plan a pour but d’être et de rester un fil conducteur qui définit la ligne à suivre aux moments où des décisions doivent être actées. D’où la nécessité de vérifier régulièrement si les objectifs du plan d’entreprise sont en voie de concrétisation. Dans la négative, vous procéderez en temps voulu aux corrections de trajectoire.

Ce plan d’entreprise sert aussi à ne pas dévier des priorités que vous vous êtes fixées. Les nombreuses opportunités qui se présenteront tout au long de votre parcours professionnel ne correspondront pas nécessairement aux objectifs de votre entreprise à moyen et long termes. Soyez-en conscient.

Même les entrepreneurs expérimentés peuvent tirer profit d’un business plan. Certaines entreprises élaborent chaque année – ou face à de nouveaux grands projets – un plan qui englobe tous les objectifs de l’année ou du projet, y compris les calculs financiers. Le plan constitue alors une sorte de boussole financière et stratégique de l’entreprise.

 

Comment faire un business plan en répondant à 7 questions

Si vous élaborez un business plan, réfléchissez bien aux réponses que vous apporterez aux questions suivantes :

  1. Votre idée est-elle suffisamment créative et capable de vous différencier nettement des autres ? Précisez et décrivez l’idée. Met-elle suffisamment en évidence la valeur ajoutée qu’apporte votre entreprise ? Analysez les atouts et faiblesses du plan. Définissez les opportunités. Quels obstacles êtes-vous susceptible de rencontrer et quelles solutions prévoyez-vous ? Peut-être n’avez-vous pas pris conscience de toutes les difficultés potentielles. Réfléchissez aux éventuels problèmes de recrutement. Il est par exemple difficile, à Bruxelles, de trouver des collaborateurs qualifiés et bilingues.

 

  1. Comment décrivez-vous votre entreprise ? Expliquez l’organisation en y ajoutant un organigramme. Avez-vous le savoir-faire requis ? Parcourez votre curriculum vitae et faites l’inventaire de vos compétences. Besoin de formations complémentaires ? Quelle est la santé financière de l’entreprise ? Décrivez brièvement sa situation financière (fonds propres, crédits en cours, liquidités…).

 

  1. Quel est votre marché ? Qui sont vos concurrents et comment allez-vous vous démarquer d’eux ? Quel est le potentiel du marché et quelle part de ce marché êtes-vous susceptible de conquérir dans le futur ? Y a-t-il un groupe cible spécifique qui doit retenir votre attention ? Combien de clients pensez-vous pouvoir atteindre ? N’êtes-vous pas trop dépendant de certains fournisseurs ?

 

  1. Quels sont vos objectifs prioritaires ? Exposez votre vision à court, moyen et long termes. Quels sont la mission et les valeurs de l’entreprise ? Quelles stratégies allez-vous mettre en œuvre ?

 

  1. Quelle est votre vision stratégique ? C’est ici qu’intervient l’analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats), un outil bien pratique pour le diagnostic stratégique. Il permet de préciser les atouts et faiblesses de l’entreprise, notamment dans le cadre des opportunités et des menaces émanant de l’environnement proche ou plus lointain. Il est conseillé de travailler en deux dimensions :
  • La dimension interne, qui définit les caractéristiques actuelles de l’entreprise en termes d’atouts ou de faiblesses, en fonction des activités qui s’y exercent. Les atouts sont les moyens et/ou les compétences à votre disposition. Ils vous procurent un avantage concurrentiel ou distinctif. Les faiblesses sont des manquements par rapport aux éléments clés de la réussite – ou dans la comparaison avec les concurrents.
  • La dimension externe rassemble les éléments qui peuvent avoir un impact sur l’entreprise. Les opportunités : il se peut que dans l’environnement de l’entreprise, il existe des domaines à fort potentiel, qu’il y a lieu d’explorer en priorité. Les menaces : certains changements en cours ou annoncés, susceptibles d’avoir un impact négatif sur les activités de l’entreprise.

On peut conclure que cette approche affine votre capacité à analyser et évaluer votre activité.

  1. Comment procéder ? Définissez dans les grandes lignes comment vous souhaitez concrétiser vos plans. Quelle est votre stratégie marketing ? Quels sont les produits ou services que vous allez proposer ? Comment voyez-vous le lancement sur le marché ? Quels seront les prix des produits que vous allez commercialiser ? Où allez-vous travailler ? Avez-vous besoin d’une surface commerciale ou fonctionnerez-vous uniquement en mode e-commerce ? Serez-vous capable d’assurer seul la charge de travail ? Si vous avez besoin de personnel, quels profils cherchez-vous ?

 

  1. Comment allez-vous financer vos projets ? Abordons à présent le plan financier, un des éléments clés de votre business plan. Il vous permet d’analyser en détail la rentabilité future de votre activité. Il met en évidence la viabilité financière du projet. Ce plan financier doit avant tout être réaliste et transparent, car il y va de votre crédibilité auprès de vos partenaires financiers futurs. Raison de plus pour vérifier systématiquement la faisabilité du plan.

Il est toujours recommandé (et parfois obligatoire) d’élaborer un plan financier. Bien conçu et efficace, il permet de prévoir éventuels obstacles et d’éviter des surprises désagréables. Il renforcera aussi considérablement vos arguments lors de négociations avec d’éventuels prêteurs.

Les sociétés commerciales (SPRL, NV…) sont tenues d’établir un plan financier. Imaginons une faillite dans les trois ans du début d’activité. Dans ce cas, le notaire demandera le plan financier. Et s’il en ressort que le capital de démarrage était insuffisant ou que le plan n’est pas conforme à la réalité, la responsabilité des associés peut être engagée.

En conclusion, le business plan est l’outil indispensable de votre réflexion avant de passer à l’action. Mais, loin d’être un frein, il sera votre rampe de lancement. Vous n’en serez que mieux armé pour réussir.

 

Article élaboré en collaboration avec les experts en financement de KBC Brussels.

Stéphane Demaret

Stéphane Demaret

Info : Stéphane Demaret, Business Partner KMO/PME  KBC Brussels – stephane.demaret@kbcbrussels.be ; +32 478 471 728

 

 

 

 

 

Comment faire un business plan efficace?

Un plan financier qui tient la route doit notamment apporter des réponses aux questions suivantes :

  • Quels revenus attendez-vous et à quel moment ?
  • Les saisons sont-elles susceptibles d’influencer vos revenus, par exemple par un sursaut d’activité en automne ?
  • Avez-vous des coûts uniques et non récurrents ? Par exemple des frais d’aménagement de votre magasin…
  • Quels sont vos coûts récurrents (notamment les frais d’électricité, l’achat des stocks etc.) ?
  • Quels sont vos coûts de personnel ?
  • De combien de fonds propres disposez-vous ?
  • Avez-vous besoin de crédit ? Et si oui, sous quelle forme ? À quel montant pensez-vous ?
  • En cas de crédit d’investissement : quelle sera précisément votre capacité de remboursement (cet élément est fondamental lors de l’évaluation du crédit par la banque) ?
  • Pouvez-vous faire appel à des subsides de la part des pouvoirs publics ? Il est certainement utile de consulter votre banque à ce sujet.

 

Partager