Davantage de respect pour les entrepreneurs !

Par B. Russel  - 22 mai 2018 à 14:05 | 288 vues

©Thinkstock

De temps à autre, rarement, parfois ou beaucoup, l’administration est amenée à contrôler l’activité d’une entreprise. Elle doit le faire selon certaines règles légales, mais aussi dans le respect. Parfois, ce respect est totalement inexistant et les contrôles effectués ne se font plus dans une logique de bonne gestion, mais d’intimidation ou de rétorsion envers une société qui a osé s’opposer aux agissements unilatéraux et fautifs de l’ONSS – et qui a obtenu gain de cause.

C’est que cette administration offre à ceux qui la dirigent quantité d’opportunités d’imposer brimades, intimidations, tracasseries en invoquant le bien commun : l’argent doit rentrer dans les caisses, bon sang ! Verse tout de suite le pognon, sinon tu vas le regretter ! Une forme d’intimidation bien huilée. Le pire, c’est que cet argent est bien rentré dans les caisses : l’ONSS l’impute de manière erronée et « facture » son erreur vers la société accusée d’un retard qui n’existe pas.

Un exemple ? Un paiement ONSS effectué le 4 juillet 2012, enregistré par cette dernière en date du 14 janvier 2014 et imputée sur le premier trimestre 2013. Cela passe par des fiches rectifiées au Tipp-ex. Ce serait mieux que nos entreprises puissent se concentrer sur le développement de leurs affaires, l’engagement et la formation de leur personnel, au lieu de subir l’incompétence, l’amateurisme et l’arbitraire de certaines personnes à la direction d’administrations publiques.

Parce qu’il y a moyen d’imposer des tracasseries, comme la tenue de trois contrôles fiscaux successifs avec, à chaque fois, des questions identiques sur des années identiques, avec le même travail qui doit être fourni trois fois. Autre exemple d’amateurisme de l’administration ? Le SPF Emploi qui envoie un courrier le 29 avril pour annoncer une inspection le 22 avril, finalement fixée au 12 mai. Le jour en question, l’inspecteur ne prévient personne et ne se présente pas. Au sein de la société, c’est une personne mobilisée pour rien. En définitive, l’inspection aura lieu le 16 juin. Ce n’est pas avec de telles pratiques que notre pays va gagner la bataille de l’emploi et de la bonne gouvernance…

 

Vous aussi, vous voulez témoigner d’une situation aberrante ou d’une décision injuste dans votre parcours d’entrepreneur ? Contactez-nous via press@beci.be ou appelez la rédaction au 02 643 78 44.

 

Partager