Sprout to be Brussels!

Par  - 22 mai 2018 à 09:05 | 357 vues

©Reporters

Tout un numéro consacré à la fierté d’être Bruxellois, à ce qui fait la force de Bruxelles, à ses habitants, aux succès de ses entreprises : c’est le signal positif que nous avons voulu donner dans notre magazine.

D’abord en vous donnant la parole : nous vous avons interpellés, via notre newsletter, en vous demandant ce qui vous rend, vous, fiers d’être Bruxellois. Mais aussi ce vous souhaiteriez améliorer dans votre ville. Et vous avez été nombreux à prendre le temps de nous répondre, ce dont nous vous remercions.

« Se promener dans Bruxelles, c’est entendre toutes les langues, et faire le tour du monde sans s’éloigner du Manneken Pis. » 

« Le bon sens tranquille de la population et des entrepreneurs après le Brussels bashing m’épate vraiment. » 

« Il faudrait parvenir à mieux expliquer l’ensemble des actions qui permettent de rendre Bruxelles plus attractive au travers d’une communication fédératrice de toutes les belles initiatives. »

Marc Decorte, Président de Beci

Voilà quelques-unes des réactions, souvent enthousiastes, parfois incisives, qui nous sont parvenues – nous en publions une sélection, forcément limitée.

Invité d’honneur de ce numéro, Hervé Hasquin, l’un des pères de la Région bruxelloise, nous a donné sa propre vision de Bruxelles : un discours fort, sans complaisance ; pas avare de critiques, mais pas avare non plus de propositions.

Nous publions également les résultats d’une enquête menée par la Fondation Roi Baudouin, qui démontre, s’il en était besoin, l’attachement des Bruxellois à leur ville. Nous sommes aussi partis à la rencontre des « expats », ces citoyens du monde venus s’installer à Bruxelles et qui portent sur leur ville d’adoption un regard plutôt bienveillant.

« C’est Bruxellois, et ça marche ! » : notre dossier n’aurait pas été complet sans un tour d’horizon de quelques entreprises bruxelloises, jeunes ou moins jeunes, peu connues du grand public, mais qui ont pour point commun d’exceller dans leur domaine et qui contribuent au dynamisme économique de notre ville.

Last but not least, nous avons étudié de plus près deux secteurs que l’on peut qualifier de fleurons bruxellois : la culture et la construction durable. L’offre culturelle foisonne à Bruxelles, comme dans peu d’autres villes de cette taille. Quant à la construction durable, elle a fait de Bruxelles un exemple international.

Que retenir de ce dossier ? Que, malgré tout ce qui peut laisser à désirer, nous aurions tort de dévaloriser notre capitale. Car oui, il y a de quoi être « Sprout » d’être Bruxellois !

 

Bonne lecture !

Partager