Brexit : le Comité des Régions s’inquiète

25 mai 2018 à 09:05 | 341 vues

©thinkstock

Le Comité européen des Régions (CoR) a publié un rapport détaillant les conséquences du Brexit sur le commerce et l’économie des villes et régions de l’Union Européenne. Le rapport, en grande partie basé sur des informations collectées par un questionnaire élaboré avec Eurochambres, révèle un manque d’information et indique que les entreprises et autorités ne sont pas suffisamment conscientes ni préparées aux conséquences du Brexit.

Un an avant le départ prévu du Royaume-Uni de l’UE, l’incertitude entourant la nature de la future relation euro-britannique complique le processus d’ajustement pour de nombreuses régions de l’UE. Cette incertitude, que le dernier accord de transition n’a pas atténuée, est encore  aggravée par un manque d’analyse d’impact sur les économies locales. Manque d’analyse qui, à son tour, limite la capacité des autorités locales et régionales à formuler des stratégies pour faire face aux effets négatifs du Brexit.

« Les résultats de ce rapport montrent qu’il n’y aura pas de gagnant du Brexit et que les autorités locales et régionales d’Europe le savent déjà. Après le Royaume-Uni, les régions irlandaises seront les plus touchées économiquement et socialement. Les régions d’Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique, de France, d’Italie et d’Espagne prévoient également un impact sévère, bien qu’il soit encore difficile d’évaluer les conséquences précises pour chaque région ou ville. Il est déjà possible et nécessaire d’agir au niveau européen pour contrer les impacts négatifs et atténuer le choc », déclare Michael Murphy, chef de la délégation irlandaise au CoR et membre du conseil du comté de Tipperary en Irlande.

Le rapport conclut qu’il est nécessaire d’effectuer des études d’impact plus spécifiques et localisées afin de mieux comprendre l’impact potentiel du Brexit sur les différents secteurs d’activité et entre ceux-ci. La sensibilisation et le partage d’informations aideront les entreprises, notamment les PME, à mieux se préparer à faire face aux ajustements structurels et économiques qui en résulteront.

Sur le même sujet, lire également notre article en p. 27.

Info : http://cor.europa.eu

Partager