Faire connaître les métiers : les entreprises aussi ont un rôle à jouer

Par Olivier Remels  - 28 août 2018 à 12:08 | 252 vues

©GettyImages

Les entreprises sont confrontées à des pénuries de main d’œuvre. Beaucoup de jeunes ne connaissent pas les métiers ou manquent de compétences après l’école. L’évolution rapide des métiers, notamment la numérisation, nécessitent d’approfondir certaines disciplines et d’en enseigner de nouvelles, dès l’école primaire. Le futur « tronc commun polytechnique et pluridisciplinaire » du Pacte d’Excellence le prévoit pour l’école francophone. Un sondage Beci révèle les attentes des entreprises, qui en sont assez proches.

La perception des entreprises confirme des résultats mitigés de l’école francophone. Les performances[1] de notre enseignement francophone sont insuffisantes, avec de forts écarts entre des écoles scolarisant pourtant des publics similaires, et est très inégalitaire puisque les résultats sont très corrélés aux origines socio-économiques des élèves.

Début 2018, un sondage réalisé par Beci et l’UWE, en partenariat avec la Fondation pour l’Enseignement, concernant la « perception et les attentes des entreprises sur les contenus à enseigner en priorité dans le tronc commun polytechnique » (du primaire au milieu du secondaire, selon le Pacte pour un Enseignement d’excellence) confirme assez largement les orientations de la réforme en cours.

Les entreprises ressentent le manque de préparation des élèves à l’issue du secondaire. L’insuffisance des acquis de base est aigüe dans les langues étrangères et dans les compétences entrepreneuriales. Les autres branches peu satisfaisantes sont  la langue maternelle, la logique mathématique, les sciences, l’informatique et les savoirs pratiques. 6 entreprises sur 10 estiment que l’enseignement général ne prépare pas assez aux « Sciences, Technologies, Engineering et Mathematics » (STEM). 8 sur 10 pour l’enseignement qualifiant.

Pour l’avenir, les entreprises demandent une meilleure maîtrise des savoirs de base (mathématiques, français et sciences) et des savoir-être. Viennent ensuite les disciplines technologiques et scientifiques. Les entreprises voudraient aussi que l’école amène les élèves à de nouvelles compétences : l’interdisciplinarité et les applications concrètes, les règles de savoir-vivre en entreprise, la gestion de projet en autonomie, les technologies (dont le numérique) …

Les entreprises sont prêtes à aider !

La plupart des entreprises estiment avoir un rôle informatif à jouer dans l’orientation des élèves et se déclarent disponibles pour jouer ce rôle plus activement aux côtés des écoles, mais de manière encadrée, car les écoles ne font pas assez appel aux acteurs socio-économiques pour informer les élèves sur les métiers. Pour cela, les interlocuteurs à privilégier sont d’abord les enseignants, mais également les pouvoirs organisateurs, les cités des métiers et les salons de l’emploi.

Elles suggèrent de faire visiter des entreprises aux élèves et aux enseignants. Mais aussi d’apporter aux parents une information complète sur les perspectives offertes par les différents métiers et filières d’enseignement, ou d’intégrer cette information de manière pertinente aux disciplines scolaires. 6 entreprises sur 10 se disent prêtes à participer à des actions d’information aux métiers (seule 1 sur 10 est contre cette implication).

Ces résultats jettent les bases de possibles collaborations, pour une meilleure information sur les métiers et des formations qualifiantes ancrées dans la réalité. La Fondation pour l’Enseignement met déjà en œuvre des projets concrets, mais est disponible développer de nouvelles approches fédérant écoles, entreprises et acteurs associatifs avec la collaboration de Beci.

Pour aller plus loin

Si le sujet représente un intérêt pour votre entreprise et si vous souhaiter participer aux tables rondes de travail organisées par le Club DRH de Beci, des informations à ce sujet seront présentées lors de notre prochain Club DRH, qui se tiendra vendredi 7 septembre prochain de 12h à 14h lors d’un lunch débat.

En septembre 2018, le Club DRH du BECI discutera de possibles actions à co-construire en partenariat avec la Fondation pour l’Enseignement.

Invitation Gratuite, inscription auprès du Coordinateur Club DRH ; Erick Thiry – eth@beci.be ou 02/643.78.36

[1] Résultats PISA en français, maths et sciences inférieures aux performances flamandes et sous la moyenne OCDE, un niveau souvent insuffisant à la fin du secondaire et un taux d’échec important à l’entame des études supérieures.

Partager