« Des lacunes parfois graves, mais aussi une prise de conscience »

Par Cédric Lobelle  - 4 octobre 2018 à 14:10 | 67 vues

@GettyImages

Spécialisée en informatique de gestion pour entreprises et organisations, la société Megabyte  a réalisé cet été une enquête auprès de sa clientèle (100% B2B) sur le thème de la transformation digitale : intégration du GDPR, des outils de travail collaboratif, du cloud, sécurité des données et des sites internet, etc. Manifestement, pour certains, la mise à jour a pris pas mal de retard.

 

Ce qui ressort de la bonne centaine de réponses reçues anonymement (essentiellement des PME) « n’est ni rassurant, ni désespérant », selon François Bryssinck, cofondateur et CEO de Megabyte. « L’idée était de croiser les grandes innovations qui tendent à optimiser les processus et ultimement boostent le business, avec la perception que nos clients en ont. »

L’exemple du GDPR (législation européenne sur la protection et l’utilisation des données),  d’application depuis le 25 mai 2018, est frappant : 27,5 % des entreprises interrogées affirment être « totalement prêtes ». Un peu moins de la moitié disent avoir encore un peu de travail (informatique et surtout juridique). Mais 30 % n’avaient encore rien fait ou quasi rien fait…

« Ce dernier chiffre m’étonne. Nous avions pourtant organisé des séminaires pour nos clients sur ce thème, avec des questions-réponses », reprend François Bryssinck. « Souvent, il n’existe pas de listing clair pour vérifier la conformité au GDPR. Cela dit, aucun n’envisage de dépenser des dizaines de milliers d’euros car leurs données sont déjà bien sécurisées. Par contre, ils se disaient davantage démunis sur le plan juridique, et cela ressort également de notre enquête. Mais le juridique n’est pas de notre ressort. »

 

Cloud, télétravail, outils collaboratifs : des réfractaires

 

L’enquête révèle également que la grande majorité des clients de Megabyte ont adopté le cloud pour partie ou l’essentiel de leurs applications (e-mail, bureautique, site web, outils de gestion…). Par contre, 22 % n’ont pas franchi le pas, la plupart n’en voyant pas du tout l’utilité – ce qui se marque surtout du côté des entreprises francophones, d’ailleurs.

« Les néerlandophones sont plus proches du monde anglo-saxon où c’est déjà passé dans les mœurs », explique le patron de Megabyte. « En général, la questions du passage au cloud se pose quand les serveurs arrivent en bout de cycle, après 5-7 ans. Auparavant, on se contentait d’acheter un nouveau serveur, plus puissant. Maintenant on se pose la question : pour faire quoi en interne ? Pour faire quoi dans le cloud ? La tendance, c’est de procéder par étapes successives : les e-mails, puis la comptabilité, la gestion commerciale, le CRM… C’est un processus évolutif, en fonction de la sensibilité et des applications. »

Le télétravail fait lui aussi son chemin : 63 % des PME interrogées affirment déjà le pratiquer pour tout ou partie du personnel. Par contre, 24 % ne sont pas intéressées du tout. « C’est sans doute lié à l’activité, notamment dans le secteur industriel, mais je suis  persuadé que certains employés peuvent toujours être concernés. Chez nous, quand on recrute un nouveau collaborateur, la possibilité de télétravail parle aux candidats. »

Le travail collaboratif épouse le même genre de courbe : l’immense majorité a adopté des outils tels que Skype, SharePoint ou encore une solution de CRM partagée, contre 25 % qui déclarent ne disposer d’aucun outil de ce type. Mais une bonne moitié de ces derniers réfléchit à la question. « Des chiffres globalement positifs selon moi », glisse  François Bryssinck.

Nettement moins cependant que la digitalisation des processus : 60 % des entreprises interrogées ne sont nulle part dans ce domaine, même si 27 % s’y intéressent. « Beaucoup craignent que ce changement soit trop radical, trop révolutionnaire, alors que c’est évolutif et que cela peut s’implémenter à l’aide de consultants externes. Concernant la blockchain, il reste un grand mystère pour 50 % de nos clients. Les autres savent plus ou moins ce que c’est, mais seulement… 1 % l’utilisent. »

Quant à savoir si l’intelligence artificielle va avoir un impact sur leur société d’ici quelque temps, la réponse est plus nuancée : 73 % pensent que cela va influencer la prise de décision, le marketing, la communication et/ou l’offre aux clients.

 

Présence en ligne, réseaux sociaux : peut mieux faire

 

La présence en ligne dévoile d’autres lignes de fractures. Seules 6 % des PME interrogées annoncent disposer d’une solution e-commerce tandis que dans 50 % des cas, le site est essentiellement une vitrine. Pourtant, seulement 25 % d’entre elles avouent recevoir des leads au départ de leur website.

Lorsqu’il s’agit de se promouvoir, 37 % des sondés disent avoir recours au référencement naturel (SEO), près de 14 % au référencement payant (SEA) et 24 % à la publication de « news ». La tenue d’un blog ne concerne que 8 %, principalement côté néerlandophone.

Quant aux réseaux sociaux, 20 % des entreprises ne sont pas du tout présentes, ni ne se préoccupent de ce qui s’y dit sur elles. Pour la majorité qui a effectivement franchi le pas, soit 61 % (mais dont seulement 26 % y sont vraiment actifs…), les plateformes les plus populaires sont, sans surprise, Facebook et LinkedIn, loin devant Twitter.

Près d’un quart des répondants avouent avoir été victimes d’une cyberattaque dans le passé. Si 66 % estiment que leurs données sont en sécurité, 15 % aimerait encore accroître leurs protections.

Au moment d’analyser les résultats de leur entreprise, les clients de Megabyte ont recours aux solutions de leur comptable (48 %) ou disposent d’une solution de Business Intelligence (28 %). Mais plus d’un entrepreneur sur deux déclare encore prendre des décisions stratégiques sur la base de fichiers Excel…

« La transformation digitale est un passage obligé pour garantir tant l’agilité que la pérennité d’une entreprise », conclut François Bryssinck. « Malgré les lacunes parfois graves que notre enquête a mises au jour, je retiens qu’un pourcentage important de nos clients est conscient du problème et désireux de faire mieux. »

PME et numérisation

  • 63 % des PME interrogées affirment pratiquer le télétravail
  • 60 % des entreprises interrogées ne sont « nulle part » dans la digitalisation des processus
  • 1 % des PME utilisent la blockchain
  • 6 % annoncent disposer d’une solution e-commerce
  • 20 % des entreprises sont absentes des réseaux sociaux
Partager