Plan d’action diversité : DiversiCom

26 octobre 2018 à 14:10 | 34 vues

Les compétences avant le handicap

DiversiCom est spécialisée dans la mise au travail de personnes handicapées au sein d’entreprises. Une famille sur quatre étant touchée par le handicap, il est utile de faire tomber les barrières.

Il y a presque cinq ans que Marie-Laure Jonet a entamé une véritable réorientation professionnelle. Après avoir beaucoup voyagé dans le cadre de son métier, puis travaillé dans le secteur de la communication à la Commission européenne, la jeune femme a senti qu’il était temps de travailler ‘au service de l’autre’. « La communication me plaît lorsqu’elle sert un message auquel je crois. Petit à petit, je sentais que mon cœur s’éloignait de la Commission, même si je crois profondément à la mission européenne », dit-elle aujourd’hui.

Le lien avec le monde du handicap était déjà établi dans sa vie depuis qu’elle fréquentait les mouvements de jeunesse, à l’aube de son adolescence. « Nous avions décidé dans mon unité de monter un voyage qui consistait à emmener des enfants autistes de 5 à 15 ans en cure de thalasso en Tunisie. Une aventure humaine exceptionnelle ! » En 2005, elle développe un projet d’accompagnement en famille d’enfants handicapés. Quelques week-ends par an, des familles bénévoles se réunissent et accueillent des enfants chez elles, offrant ainsi du répit à leurs parents biologiques. « Nos autres objectifs étaient aussi de les sortir des infrastructures conventionnelles et d’offrir aux familles bénévoles une occasion de service et de sensibilisation au handicap dès le plus jeune âge. Ainsi, on se rend plus vite compte que le handicap fait partie de la vie. »

Une famille sur 4

En Belgique, 15% de la population d’âge actif est en situation de handicap. C’est un élément dont il faut aussi tenir compte dans le monde du travail, d’autant plus que 80% des cas surviennent durant la vie. Une famille sur quatre est touchée par le handicap. Marie-Laure a déposé les statuts de l’ASBL DiversiCom en février 2014, et s’en occupe à temps plein depuis octobre de la même année. Assez vite, Eléonore a rejoint l’aventure. Les deux femmes possèdent le même socle de valeurs. Aujourd’hui, l’ASBL compte 5 personnes et travaille en région bruxelloise. « Nous sommes mandatés par Actiris et la Cocof pour l’accompagnement des chercheurs d’emplois handicapés. Aujourd’hui, seuls 35% des personnes handicapées ont un travail, soit une personne sur trois qui est porteuse d’un handicap moteur, mental, sensoriel, cognitif ou atteinte d’une maladie invalidante comme la mucoviscidose et Crohn. Et lorsqu’on sait que 80% des handicaps ne se voient pas, on ne peut qu’insister sur notre mission, qui consiste à convaincre les entreprises à ouvrir leur porte. Puis à engager les adaptations nécessaires aux besoins des travailleurs handicapés. Mais le point de départ de la démarche est, et doit être, la compétence, comme le suggèrent les trois lettres c-o-m de DiversiCom ».

L’ASBL accompagne le chercheur d’emploi handicapé, apporte du conseil à l’entreprise aux différentes étapes du processus de recrutement, en collaboration avec le département RH et les futurs collègues, et suscite les questions d’adaptation lors de l’entretien d’embauche. Et enfin, elle communique, partage et fait percoler les bonnes pratiques. Après l’engagement, des réunions de suivi sont organisées régulièrement.

Coaching

DiversiCom peut compter sur un réseau d’une centaine d’entreprises partenaires. « Lors de la dernière photographie de la situation en 2017, 48% des chercheurs d’emplois handicapés étaient au travail, un résultat au-delà des attentes prévisionnelles des autorités pour ce public spécifique. En 2018, 96 projets professionnels ont été facilités par notre intermédiaire », résume la fondatrice de l’ASBL.

Enfin, partant du principe que « plus vite le handicap est compris, mieux on le vit », l’ASBL accompagne les étudiants handicapés de dernière année pour créer les passerelles les plus rapides vers l’emploi.

« L’ingrédient en or, c’est la volonté mais il faut qu’elle soit partagée par les deux parties. Après, toutes les recettes varient mais notre volonté est de rendre possible ce qui nous semble normal, tout en n’oubliant pas de sensibiliser les collaborateurs de l’entreprise qui engage, c’est primordial ! », conclut Marie-Laure Jonet.

www.diversicom.be

Partager

Hayate El Aachouche

Adviseur HR - Diversiteit