Déclaration de l’AEMC sur le Brexit

9 novembre 2018 à 10:11 | 86 vues

©GettyImages

Véritable porte-voix de millions d’entreprises qui stimulent la croissance économique sur notre continent, l’AEMC (Alliance européenne des chambres métropolitaines ; Alliance of European Metropolitan Chambers) se montre de plus en plus préoccupée par le flou et l’indécision qui entourent le processus visant à faciliter la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Cette situation a semé chez les entreprises, commerces et industries de nos zones métropolitaines un doute profond dont les répercussions variées commencent à se faire sentir.

Alors que le 29 mars 2019, date d’effet du Brexit, approche à grand pas, l’AEMC sonne l’alerte face au discours tenu par le Royaume-Uni et l’Union européenne, qui, dans sa majorité, laisse désormais transparaître l’hypothèse d’un scénario de « non-accord ».

Même si l’AEMC déplore la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, cette sortie doit s’effectuer selon des bases claires favorisant d’autant que possible la mise en place d’un nouveau cadre économique qui entretiendra une compétition commerciale saine, propice à la croissance économique future de chacun.

L’Europe a prospéré grâce aux efforts collectifs des entreprises métropolitaines, toutes tailles et tous secteurs confondus, de chaque ville, de chaque région et de chaque État.

Le Brexit ne saurait se traduire par l’émergence d’une structure gouvernementale susceptible de fragiliser le bon fonctionnement des entreprises européennes et de mettre en danger la création d’emplois et la production de richesses en Europe.

L’AEMC est claire : le « No Deal » doit être évité à tout prix. Nous réitérons notre appel à une période de transition réaliste qui donnera aux entreprises et aux gouvernements européens la latitude suffisante pour s’adapter à cette nouvelle situation.

  • Une entreprise a la capacité de dépasser les frontières pour réussir et prospérer.
  • La politique peut constituer un véritable levier.
  • L’AEMC invite les dirigeants du Royaume-Uni et de l’Union européenne à s’évertuer à conclure, en temps utile, un accord de retrait qui reconnait la nécessité de favoriser l’interdépendance constante des entreprises européennes, indispensable à leur réussite.

Pour conclure, l’AEMC envisage un Brexit cohérent comme le point de départ d’une nouvelle relation négociée dans le cadre de laquelle toutes les zones métropolitaines joueront pleinement le rôle important dont elles sont investies sur le plan économique.

Adopté à Bruxelles le 26 octobre 2018 par des représentants des chambres de commerce de:

Berlin, Bruxelles, Budapest, Dublin, Francfort, Londres, Luxembourg, Manchester, Marseille

Partager