Du car-sharing ? Oui, mais électrique !

Par Laura Rebreanu  - 23 novembre 2018 à 16:11 | 122 vues

La mobilité partagée était au cœur de la Semaine de la Mobilité, en septembre dernier. Mais au fait, c’est quoi la mobilité partagée ? C’est tout simple : plutôt que d’acheter son propre véhicule (voiture, vélo, etc.), on utilise le moyen de transport le plus adapté à nos besoins, en payant seulement en fonction de l’usage qu’on en fait. Moins de véhicules sur les routes, donc moins d’embouteillages, de bruit, de stress, etc.

Un bon exemple dans ce domaine est le ‘car-sharing’ (la voiture partagée ; mais le concept existe aussi pour les vélos, trottinettes, scooters, etc.). De nombreuses études démontrent qu’en moyenne, une voiture privée est inutilisée environ 95 % du temps et coûte plus ou moins 4.500 euros par an à son propriétaire. Même constat pour les véhicules de fonction des entreprises, inutilisés 85 % du temps. Ajoutez-y des embouteillages sans fin, un stationnement de plus en plus rare et cher, des pics de pollution et des mesures visant à limiter l’usage automobile : avoir une voiture en ville est chaque jour moins attrayant. Voilà pourquoi les véhicules partagés, que ce soit en B2C ou B2B, rencontrent un succès croissant : on dispose d’une voiture quand on en a besoin et on ne paye que l’utilisation que l’on en fait ; pour les entreprises, l’usage est optimisé, car plusieurs employés peuvent utiliser la même voiture.

À Bruxelles, l’offre de car-sharing s’est multipliée : Cambio, l’opérateur historique, a été rejoint par ZipCar, DriveNow ou encore Zen Car. Cette dernière se démarque en proposant uniquement des voitures électriques, alliant les avantages du partage aux atouts écologiques : pas d’émissions de particules fines, ni d’oxydes d’azote (NOx). Les émissions de gaz à effet de serre sont elles aussi réduites, surtout si l’électricité utilisée est d’origine renouvelable. En outre, comme ces voitures sont (presque) silencieuses, elles sont vues comme les véhicules urbains par excellence.

Zen Car propose un réseau de voitures électriques partagées, mises à disposition des particuliers, des entreprises et des administrations. Pour ce faire, l’entreprise a développé son propre réseau de rechargement qui comporte désormais 71 stations, soit 142 points de recharge, sur la capitale. Un bel exploit quand on sait le retard de Bruxelles en matière d’installation de bornes de chargement.

Innovant à plus d’un titre

Zen Car ne s’inscrit pas seulement dans la nouvelle économie via son offre de mobilité partagée (ou ‘Mobility as a Service – MaaS’). Pour croître et devenir rentable, cette société 100 % bruxelloise, qui ne bénéficie pas de l’adossement à un grand groupe, mise sur des partenariats variés pour atteindre un plus vaste public. Elle travaille déjà avec Interparking pour mettre des voitures à disposition via le réseau de bornes installées dans les parkings, mais aussi pour permettre aux clients de Zen Car de se parquer gratuitement. Dans le même esprit, Zen Car a entamé une collaboration avec des gestionnaires d’immeubles de bureaux et résidentiels, pour proposer du car-sharing entre les occupants d’un même immeuble ou d’un même complexe, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. Le gestionnaire/promoteur offre ainsi des services supplémentaires à ses clients, tandis que Zen Car touche un nouveau public. De plus, en se concentrant sur le segment B2B, Zen Car peut non seulement mieux rentabiliser ses investissements, mais aussi se positionner sur un marché encore jeune, en plein essor.

Le business model de Zen Car semble un parfait exemple de durabilité. Basé sur les principes de l’économie de la fonctionnalité, où la vente du bien est remplacée par celle de l’usage, il propose des voitures partagées peu polluantes comme alternative à la mobilité traditionnelle, axée sur la possession individuelle. De plus, il mise sur la collaboration avec des partenaires extérieurs pour proposer de nouvelles solutions à un vieux problème (se déplacer). Il répond également aux préoccupations d’un nombre grandissant de consommateurs, qui veulent réduire leur empreinte environnementale sans sacrifier leur confort. Un modèle innovant à plus d’un titre.

Partager

Laura Rebreanu

Sustainable Development Coordinator