Faut-il rester à Bruxelles ?

Par Gaëlle Hoogsteyn  - 11 décembre 2018 à 16:12 | 768 vues

©GettyImages

Choisir la localisation de son entreprise est une étape importante, voire cruciale. Si Bruxelles, en tant que capitale de l’Europe, offre de nombreux atouts, les contraintes sont aussi nombreuses. Les avantages d’une implantation en ville sont-ils supérieurs aux inconvénients ? Faut-il rester à Bruxelles ? Quatre entreprises nous répondent.

 

 

Marco Ranieri

Avec 20 organisations européennes et 42 organisations intergouvernementales, Bruxelles est la capitale de l’Europe. La présence de nombreuses institutions politiques fait de la ville un centre décisionnel majeur. Pour Marco Ranieri, CEO de l’agence photo Reporters, la proximité de toutes ces institutions est très importante. « Dans notre domaine, et en particulier pour les missions que nous réalisons pour la presse, être au plus près des instances de décision est très important. Beaucoup d’évènements se déroulent à Bruxelles et c’est très pratique d’y être installé. Nous sommes directement au cœur de la ville pour aller faire les reportages qu’on nous commande. Cela nous permet d’être très réactifs. » En termes d’image, le fait d’être situé dans la capitale est aussi primordial. « Reporters dispose d’un studio en plein cœur de Bruxelles, et nos clients, notamment ceux venus d’autres provinces ou d’autres pays, apprécient ce cadre. Nous ne troquerions pas nos studios dans le centre contre des studios plus grands en périphérie. Cela n’a pas le même cachet », assure-t-il.

 

Nicolas Tancredi

Nicolas Tancredi, avocat-associé chez Younity, abonde : « Pour un cabinet d’avocats, la localisation est déterminante pour l’image. Lorsque l’on vise une renommée nationale, voire internationale, être situé à Bruxelles est indispensable. Avoir une localisation centrale permet également d’avoir une meilleure visibilité et cela dénote aussi d’une capacité sur le plan linguistique. Offrir à nos clients des services de conseil au sein de la capitale et dans différentes langues nous ouvre déjà de nombreuses portes. »

La situation centrale de Bruxelles en Europe est aussi un atout. Bruxelles dispose en effet de liaisons aériennes et ferroviaires aisées. Plus de 60 millions d’Européens vivent à moins de 300 km de Bruxelles. Paris, Londres, Cologne et Amsterdam sont toutes situées dans un rayon de 2 h par train à grande vitesse. « Avoir ses bureaux à Bruxelles permet d’offrir une situation centrale et une bonne accessibilité aux clients, qu’ils soient nationaux ou internationaux. Cela permet aussi une certaine neutralité par rapport à une localisation en Flandre ou en Wallonie. Par ailleurs, en termes d’image, c’est plus attractif d’avoir une adresse dans la capitale de l’Europe qu’en dehors », explique Marjolaine Gailly, Managing Partner chez PeterLily.

 

Bruxelles, pas si immobile ?

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, aucune des entreprises que nous avons interviewées ne s’est appesantie sur la question de la mobilité. Même si toutes reconnaissent que l’accès à la capitale n’est pas toujours aisé aux heures de pointe, les multiples possibilités de transport en commun permettent, selon elles, de se déplacer facilement malgré tout. Marco Ranieri : « Ces dernières années, les transports en commun ont fortement évolué. Nos photographes effectuent de plus de plus de missions en transport en commun, ce qui permet de rallier facilement un point ou l’autre de la ville. » Pour lui, le coût du stationnement est davantage un problème. « Depuis quelques années, la politique du ‘tout payant’ nous impose de payer à la fois des taxes sur nos véhicules, mais aussi des abonnements de stationnement là où nous avons nos bureaux et des frais de parcmètre lorsque nous nous rendons en voiture chez nos clients. Ce système de stationnement n’a vraiment pas été pensé pour les entreprises qui travaillent à Bruxelles. Les modalités et moyens de paiement sont différents selon les communes, on n’a pas toujours de la monnaie sur nous, parfois notre mission dure plus longtemps que prévu… Bref, ce n’est vraiment pas pratique. »

« Notre situation à Boitsfort nous permet de ne pas être trop éloignés des différentes instances judiciaires, tout en bénéficiant d’un environnement de travail très agréable, dans une commune moins congestionnée par le trafic que le centre-ville », indique Nicolas Tancredi. « L’accessibilité est importante, pour nos clients bien sûr, mais aussi pour nos collaborateurs. Nous avons donc choisi un endroit qui puisse répondre aux préoccupations de chacun. Par ailleurs, nous pratiquons aussi le télétravail et le travail décentralisé de manière à ne pas imposer à nos collaborateurs venus des autres régions de faire la navette tous les jours. »

 

Un atout pour le recrutement ?

Pour Vincent Joye, Reputation Ambassador chez Axa, une situation au cœur de Bruxelles est aussi un véritable atout de recrutement. L’entreprise, qui emploie près de 2.500 personnes dans son siège social à Bruxelles, est revenue s’installer dans le centre-ville l’année dernière. « Notre principale motivation était de garantir une meilleure accessibilité à nos employés par rapport à la localisation en périphérie qui était la nôtre », explique-t-il. Le nouveau siège social de l’assureur se trouve à quelques minutes à pied de la gare centrale et de la gare du Luxembourg, ainsi qu’à proximité d’une bouche de métro et d’une station Villo. La majorité des employés viennent travailler en transports en commun. « En plus de nous donner un avantage concurrentiel sur le plan du recrutement, cela nous permet de réduire notre empreinte écologique. Aujourd’hui, ce sont près de 1.000 employés en moins qui utilisent leur voiture pour rejoindre les bureaux. Nous encourageons d’ailleurs sans cesse nos collaborateurs à opter pour les transports en commun au lieu de la voiture, en leur offrant la gratuité de ceux-ci d’une part, et en rendant payante l’utilisation du parking. »

Marjo Gailly

Selon l’Union des Associations Internationales (UAI), Bruxelles est aussi la première ville européenne et deuxième ville mondiale de congrès. Les possibilités de réseauter, d’accéder aux services d’affaires et de recevoir des conseils d’experts dans de nombreux domaines d’action sont donc nombreuses. Marjolaine Gailly apprécie particulièrement le côté multiculturel de la ville. « À Bruxelles, il y a une grande diversité culturelle. Les possibilités d’entraide et de réseautage sont nombreuses, nous permettant d’entrer facilement en contact avec d’autres entreprises de l’écosystème bruxellois. Même si Bruxelles est plus chère que d’autre villes (notamment en termes de loyer et de stationnement), je considère ce surcoût comme un investissement. » Et Nicolas Tancredi d’ajouter : « Aux alentours de nos bureaux, il y a de nombreuses possibilités de se restaurer, de faire des courses, de se divertir… C’est très apprécié par les clients et par les collaborateurs. »

 

Bruxelles, capitale de choix pour les entreprises étrangères

Enfin, La Région de Bruxelles-Capitale est aussi très prisée par les entreprises étrangères. Elle abrite les sièges de nombreuses multinationales telles que Solvay, Orange, Ferrero, Audi, Carrefour, etc. Dans le dernier classement des villes européennes d’affaires « European Cities Monitor », Bruxelles se situait en 4e position, devant Barcelone et Francfort.

Partager