Habitat groupé : un outil anti-gentrification pour Bruxelles

10 janvier 2019 à 12:01 | 706 vues

L’habitat groupé a-t-il sa place dans les grands centres urbains, et en particulier à Bruxelles ? La vitalité des mouvements de fond comme celui du Community Land Trust Bruxelles (CLTB) semble l’indiquer 

Matthieu Lietaert est aujourd’hui l’heureux propriétaire d’un logement dans le bâtiment l’Échappée, à Laeken : « Il s’agit d’un projet d’habitat groupé rassemblant 18 unités de vie destinées à des familles, des couples ou des célibataires qui ont décidé de se regrouper au sein d’une copropriété. Nous sommes donc tous ensemble propriétaires du terrain et des briques ». 

L’Échappée a pu se construire à partir d’une feuille blanche : « Nous avons acquis un terrain sur lequel était installé un hangar, qui a été détruit. Nous avons fait reconstruire un immeuble en béton ». Matthieu l’admet, le béton n’est pas le matériau par excellence lorsqu’on veut construire « vert », mais c’est moins cher, et donc adapté au développement d’un projet susceptible d’accueillir des gens aux profils sociaux différents. L’Échappée se rattrape plutôt bien sur bien d’autres aspects : « La chaufferie est commune, le toit est tapissé d’une soixantaine de panneaux solaires et les parkings qui nous étaient légalement imposés par la législation ont été revendus à des voisins. » Pour leur part, les occupants de L’Échappée se déplacent surtout en mode doux et en privilégiant les transports en commun.  

 

Belle percée du CLTB de part et d’autre du canal 

À la différence de l’Échappée, les projets montés par le CLTB scindent propriété du terrain et briques. Avantage : cela permet de se prémunir de la spéculation tout en luttant contre le phénomène de ‘gentrification’ (l’embourgeoisement des quartiers, qui en chasse les moins fortunés). Aujourd’hui, sur le radar du CLTB et dans le registre de l’habitat groupé, on recense pas moins de huit projets qui ont abouti ou sont en voie d’aboutir, tous situés sur l’axe nord-sud de part et d’autre du canal, en construction ou en rénovation : Abbé Cuylits, Transvaal, Tivoli (en montage des partenariats) ; les projets Liedts, Vandenpeereboom/Arc-en-ciel, Verheyden-Le Nid (en chantier), Anvers Lumière du Nord (en montage) et enfin  Mariemont-L’écluse, qui a été le tout premier projet CLT concrétisé en Europe continentale…  

Parallèlement, on remarque d’autres initiatives : il y a peu, Coarchi tenait une réunion d’information à propos du beau projet de réhabilitation d’un immeuble situé rue de Menin. Jeanne Nguyen, chargée de la communication au sein de Twyce, le bureau d’architectes qui cornaque Coarchi : « Coarchi est un service complet de création et d’accompagnement de projets d’habitats collectifs et participatifs. Dans le cas du projet Menin, nous travaillons sur la réaffectation d’un immeuble et d’une grande annexe situés à Molenbeek, datant du début du 20e siècle et de style Art Nouveau, à l’inventaire du patrimoine immobilier – et à ce titre préservés des velléités de certains promoteurs à la recherche de biens à abattre… ».  

Jusqu’ici divisé en une cinquantaine de kots, le bâtiment avant sera remis en conformité avec les normes en vigueur et transformé en appartements d’une à trois chambres, le bâtiment arrière étant quant à lui valorisé sous forme de lofts. Dans ce cas-ci, c’est un agent immobilier qui a fait le lien avec la cellule Coarchi. Une diversité de modèles qui n’est pas pour déplaire à Matthieu Lietaert. Des modèles d’accès au co-habitat qui se diversifient, c’est en fin de compte la garantie d’une meilleure mixité sociale à Bruxelles. 

 

Info : https://cltb.be ; www.echappee.collectifs.net 

Les personnes intéressées par la démarche du co-habitat peuvent obtenir gratuitement un livret PDF écrit par Matthieu Lietaert sur les leçons tirées de l’habitat groupé : contact@echappee.collectifs.net.  

 

Partager