Mabru : vers un marché 100 % vert

20 février 2019 à 11:02 | 297 vues

Mabru

[publireportage] Devenir une référence en matière d’engagement écologique et sociétal, tel est le défi que s’est lancé le Marché Matinal, géré pour le compte de la Ville de Bruxelles par l’ASBL Mabru. Si le mouvement était déjà en cours depuis 2016, un grand coup d’accélérateur a été donné au projet durant l’année écoulée. Le point sur les réalisations et les projets à venir.  

 

Fin février, Mabru et Engie ont inauguré le premier carport solaire pour camions. Plus de 8.000 panneaux photovoltaïques (sur une surface de 13.300 m²) forment ainsi les toits de 9 carports pour camions qui ont été construits sur le parking de Mabru. Avec cette nouvelle installation, Mabru améliore son empreinte environnementale et contribue à la production d’énergie renouvelable en Région de Bruxelles-Capitale puisque 100% de l’énergie produite par ces nouveaux panneaux sera injectée dans le réseau de distribution. La nouvelle installation produit 2.200 MWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de près de 630 familles et permet d’éviter l’émission annuelle de plus de 880 tonnes de CO2. L’ensemble des installations (panneaux solaires et carports) a été financé par Engie via le mécanisme de tiers investisseur. Mabru deviendra propriétaire de celles-ci après 10 ans.  

 

Une gestion immobilière verte 

Cette impressionnante réalisation vient compléter le parc de panneaux solaires existant inauguré l’an dernier. « Mabru n’a pas attendu que le climat soit à la mode pour entreprendre des actions », commente Laurent Nys, Directeur de Mabru. « Cette volonté de rendre le marché le plus vert possible fait partie de nos priorités depuis des années. Nous avions déjà une politique de récupération du bois, de carton et de films plastiques. Avec les panneaux solaires, on donne un grand coup d’accélérateur. »  

 

La 1re étape du plan d’actions de Mabru a été de recouvrir les toits de ses bâtiments de panneaux solaires. « Ensuite, nous nous sommes dit que créer un espace couvert dédié au chargement et déchargement de marchandises pourrait être une bonne option. En collaboration avec Engie, notre projet de carport solaire a vu le jour », explique Michel Barnstijn, Président de Mabru.  Avec 4.6 MWc au total, le parc solaire de Mabru est le plus grand de la Région de Bruxelles-Capitale.  Au total, avec la première installation déjà en service, ce sont plus de 1.200 familles dont la consommation est couverte. 

 

Et ce n’est pas terminé car, d’ici le printemps, Mabru a prévu de remplacer les dernières coupoles en fibre de verre par des panneaux solaires. A plus long terme, la direction aimerait aussi obtenir un permis pour couvrir les « rues » du marché de panneaux solaires. « En dehors de la production d’énergie supplémentaire, cela apportera un grand confort aux marchands qui travaillent dehors et permettra aussi de protéger les fruits et les légumes qui sont très fragiles », développe Laurent Nys. « Au sein des halles, on utilise des petites voitures électriques. Nous avons aussi rénové des zones de frigo pour les rendre moins énergivores. Progressivement, nous nous dirigeons vers une gestion immobilière du site 100% verteRéduire notre empreinte écologique est pour nous essentiel.» 

 

Un engagement sociétal durable 

Sur le plan sociétal aussi, Mabru tient à jouer son rôle d’acteur parapublic. Le Marché Matinal est ainsi l’un des plus grands fournisseurs d’emplois infra-qualifiés de la capitale. « À Bruxelles, la demande pour ce type d’emploi est forte. Nous engageons par exemple des travailleurs sans diplôme ou qui ne parlent presque pas les langues nationales », explique Michel Barnstijn. Au bout de quelques années, ils sont formés, acquièrent de nouvelles compétences et peuvent gravir les échelons. Le nettoyage du site est par ailleurs effectué par des personnes « article 60 » du CPAS de la ville de Bruxelles. « Nous participons à la réintégration sur le marché du travail de personnes en recherche d’emploi. Nous souhaitons être un ascenseur social et donner une chance à des personnes en situation précaire», précise Michel Barnstijn. De plus, 90% des employés du Marché Matinal sont des personnes habitant dans les communes environnantes. « C’est important pour nous de favoriser l’emploi des Bruxellois à Bruxelles. Tout comme nous vendons en circuit court, nous tenons aussi à soutenir l’emploi local », certifie Laurent Nys. 

 

Mabru se mobilise aussi contre le gaspillage alimentaire avec le projet DREAM (Distribution et Récupération des Excédents Alimentaires à Mabru) en collaboration avec le CPAS de Bruxelles. Chaque jour, une tonne de nourriture plus vendable, mais encore consommable, est ainsi récupérée et redistribuée à une septantaine d’associations. Et Michel Barnstijn de commenter : « D’un point de vue environnemental, cela représente chaque jour plus d’une tonne de denrées alimentaires dont on évite le gaspillage et autant de déchets en moins à traiter. Par ailleurs, la redistribution de fruits et légumes frais est un enjeu social et de santé publique important pour de nombreux ménages bruxellois en situation précaire. » 

 

Un marché à la pointe  

En parallèle, le chiffre d’affaire du Marché Matinal est en énorme progression ces 5 dernières années, ce qui est bien la preuve que l’engagement environnemental et sociétal peut tout à fait aller de pair avec le profit. « Bien sûr, cela demande du temps et des investissements. Pour une entreprise, c’est beaucoup plus facile de ne rien faire, d’outsourcer ses contrats, de ne pas se soucier de la gestion des déchets, etc. Mais ce n’est pas du tout notre philosophie.Nous sommes fiers des actions entreprises. Plusieurs délégations sont venues visiter notre projet de carport solaire. J’espère que nous pourrons inspirer d’autres marchés et peut-être leur donner l’impulsion de se lancer », assure Michel Barnstijn.  

 

Et Laurent Nys de conclure : « Le Marché 2.0 ne sera possible qu’avec la mise en place de politiques innovantes et vertes. Dans les 10 prochaines années, nous allons continuer à investir d’afin d’être vraiment un marché le plus à la pointe possible. On va ainsi par exemple installer un nouveau système de vidéo-surveillance pour augmenter la sécurité sur le site. On pense aussi à changer tous les véhicules, à mettre des bornes de rechargement pour les commerçants, etc. Le Marché Matinal se veut à la pointe de cette transformation en Europe. » 

 

Info : www.mabru.be 

 

Laurent Nys et Michel Barnstijn Mabru

Laurent Nys (à gauche) et Michel Barnstijn sur les toits de Mabru.

Mabru et Engie ont inauguré le premier « carport solaire » pour camions.

Mabru et Engie ont inauguré le premier « carport solaire » pour camions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Mabru n’a pas attendu que le climat soit à la mode pour entreprendre des actions. » 

« J’espère que nous pourrons inspirer d’autres marchés. »

 

 

logo mabru

Partager