De plus en plus de travailleurs bruxellois choisissent les transports en commun

Par  - 25 février 2019 à 08:02 | 173 vues

©belgaimage ©belgaimage

Le travailleur bruxellois fait des choix très différents du travailleur belge moyen pour ses déplacements domicile-travail : le premier opte davantage pour les transports en commun, là où le second privilégie la multimodalité.  C’est ce qui ressort du 4e baromètre de mobilité réalisé par Acerta. 

Le travailleur belge opte de plus en plus pour une association de modes de transport, la voiture tenant le rôle principal, surtout combinée au vélo (10,9 %). Pour lui, les transports en commun restent secondaires. À Bruxelles, la situation est très différente : près de la moitié des travailleurs (43,3 % contre les 8 % de la moyenne nationale) y prennent régulièrement le train, le tram, le bus ou le métro. A contrario, près de la moitié (48 %) optent régulièrement pour la voiture, par rapport aux 76,9 % de moyenne nationale.  

Constatation frappante : la popularité de la voiture de société stagne en 2018. Anneleen De Neef, Directrice de bureau à Bruxelles, y voit diverses explications : « Tout d’abord, il y a les mesures prises par Bruxelles pour améliorer sa mobilité : limitation du parking, zone basses émissions… De plus, la conjoncture économique favorable a entraîné une croissance importante en matière d’occupation, en grande partie dans la part d’employés qui réalisent plutôt des tâches d’exécution et n’entrent pas en considération pour un véhicule de fonction. D’autre part, les travailleurs nouvellement engagés ont un avis plus critique sur ce moyen de transport. » 

L’essor du vélo se poursuit. Cependant, avec 10,9 % de travailleurs bruxellois enfourchant régulièrement leur vélo pour aller travailler, la capitale se classe après les provinces où une personne sur 4 opte régulièrement pour le deux-roues. Anneleen De Neef : « Les CEO et DRH nous disent que leurs travailleurs sont de plus en plus intéressés par un plan cafétéria leur permettant de compléter une partie de leur salaire (…). De très nombreux plans cafétéria prévoient aussi l’option d’un vélo de société. C’est un point dont les autorités vont tenir compte. » 

En moyenne, les Belges travaillent à 19 km de là où ils habitent, 14,2 km pour les Bruxellois. Anneleen De Neef : « Comme la distance domicile-lieu de travail est de plus en plus faisable à vélo, grâce à des vélos plus rapides ainsi qu’à de meilleures pistes cyclables, il ne serait pas étonnant de voir le vélo (de société) gagner du terrain dans les années à venir. » 

 

Info : www.acerta.be
Partager

Ischa Lambrechts

Conseiller Mobilité