Tri des plastiques : il reste du potentiel dans les entreprises

27 mars 2019 à 14:03 | 154 vues

©️ DR

[Coproduction] Dans un contexte où la durabilité mobilise la société et où les plastiques sont pointés du doigt pour la pollution qu’ils causent, les entreprises ont tout intérêt à les trier mieux. Plus de plastique trié, ce sont des ressources épargnées et des filières de recyclage qui se développent, pour le bien de tous : pour vous, la planète, vos enfants, vos clients et l’image de votre entreprise.    

Des objectifs de recyclage toujours plus élevés

La question sociétale de l’avenir de nos déchets à tous est abordée à échelle européenne pour une approche commune. Avec un taux de recyclage de 88,8% en 2017 pour les emballages industriels, la Belgique se profile plutôt bien. Mais pour combien de temps encore ?

L’Europe a revu à la hausse les objectifs de recyclage des emballages, dont ceux en plastique. D’ici à 2030, les entreprises belges devront démontrer que 65% de leurs emballages en plastique sont recyclés, soit une hausse de 35% par rapport à aujourd’hui.

Parallèlement, une nouvelle méthode devra être utilisée pour calculer les taux de recyclage de manière harmonisée. Plus contraignante, cette méthode impose de soustraire le taux d’impuretés et d’humidité contenu dans les matériaux qui entrent dans un processus de recyclage.

Il faudra donc se conformer, mais un meilleur tri dans votre entreprise peut contribuer bien plus que juste l’atteinte d’un objectif. La transition vers l’économie circulaire est en marche, assurons-nous de ne pas rater le coche. Les marchés de recyclage subissent la pression des restrictions des exportations vers l’Asie. Pour mettre un terme à notre dépendance vis-à-vis des marchés asiatiques, nous devrons développer des filières de recyclage en Europe. Celles-ci ne pourront fonctionner que si leur pérennité est assurée par des apports suffisants et de bonne qualité. Enfin, les matières recyclées devront avoir la garantie de trouver des débouchés au niveau local.

Comment relever ces défis ?  

En tant qu’entreprise, nous pouvons tous agir à notre niveau pour faciliter et améliorer le recyclage de nos propres déchets. Commençons par nous poser les bonnes questions lors du choix des emballages que nous utilisons : préférons les films plastiques transparents aux films teintés dans la masse qui compliquent le recyclage. Exigeons ensuite de nos fournisseurs des emballages fabriqués à partir de matière recyclée, une option tout à fait envisageable pour les emballages de transport non soumis aux contraintes de normes sanitaires.

Offrons une seconde vie à nos déchets de films plastique en les triant à la source. Utilisons des sacs en plastique spécifiques pour le tri de petites quantités. Respectons les consignes de tri : ne mélangeons pas les films plastique avec des gobelets, liens de cerclage, morceaux de carton ou bouteilles en plastique. La présence de ces éléments altère leur recyclage.

Les entreprises trient 2/3 de leurs déchets

Inciter les entreprises à (mieux) trier leurs déchets passe entre autres par la sensibilisation. Encore faut-il savoir où se situe le potentiel d’amélioration … Une fois ce potentiel identifié, il devient possible d’envisager des actions de communication spécifiques et pertinentes à l’attention de groupes cibles bien définis.

La production de déchets et le comportement de tri des entreprises belges ont récemment été cartographiés[1]. Les données présentent un état des lieux de la production de déchets et du comportement de tri de 170.000 entreprises belges selon leur région, leur taille ou encore leur secteur d’activité. En 2017, les entreprises belges ont produit 3.898 kt de déchets dont 2/3 ont été collectées sélectivement à la source.

Pour augmenter ce score, les données peuvent être exploitées de multiples façons. Elles peuvent par exemple être utilisées par les fédérations sectorielles dans un but de communication envers leurs membres. Par les collecteurs de déchets afin d’identifier le potentiel d’amélioration du tri au sein de leur clientèle ou pour améliorer la logistique de leurs tournées de collecte. Elles offrent enfin aux autorités la possibilité de mesurer l’impact de leurs politiques de réduction de la production de déchets ou d’obligations de tri.

Logo Val-i-pac

[1] Monitoring de la production de déchets industriels et du comportement de tri des entreprises belges 2017 – Valipac

Partager