La formation en alternance, un excellent outil de recrutement

9 mai 2019 à 14:05 | 434 vues

© Getty Vincent Giroul (à gauche) et Emmanuel Baufayt

[Coproduction] Recruter du personnel qualifié. Investir dans la formation d’un jeune et bénéficier de son savoir-faire en retour. Être accompagné et soutenu financièrement dans cette action citoyenne. Trouver la perle rare et vouloir la garder. Avec  la formation en alternance, tout cela devient possible. 

Aujourd’hui, quand on parle de compétences, on parle non seulement des compétences techniques (les savoirs), mais aussi des savoir-faire et des savoir-être. Être capable de solidarité, avoir l’esprit d’équipe, savoir respecter un cadre… sont autant d’aspects nécessaires à l’intégration et à la réussite professionnelle. Ces différentes dimensions sont inscrites dès le départ dans le dispositif de formation en alternance, et c’est là l’une des grandes forces de cette formule d’apprentissage. D’une part, grâce au temps de formation en entreprise et, d’autre part, parce que les formateurs sont tous des professionnels en activité 

Dans certains secteurs (notamment la construction, la coiffure et la boucherie), les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter du personnel qualifié de qualité. C’est entre autres ici que le rôle essentiel de la formation en alternance prend tout son sens. En effet, ce dispositif permet aux apprenants d’acquérir pendant trois ans les compétences liées au métier, mais aussi des compétences spécifiques liées à la vie de l’entreprise. Pour une entreprise, engager un apprenant en alternance, c’est avoir l’opportunité de le former à ses propres besoins à un coût très faible, et de bénéficier en plus d’un soutien octroyé par les pouvoirs publics.

Une réponse à la problématique des métiers en pénurie 

Aujourd’hui, près de 80 métiers sont identifiés comme critiques ou en pénurie. La formation en alternance est une réponse à cette problématique. Toutefois, pour que cela fonctionne, il faut que les entreprises jouent le jeu. Il est important de développer des accords avec les secteurs afin qu’ils soutiennent les organismes de formation et inversement. Il y a parfois des freins par rapport au temps nécessaire pour encadrer un jeune, mais à long terme, le jeu en vaut la chandelle. D’autant que l’on ne ‘place’ pas un apprenant en alternance comme ça. L’entreprise est soutenue tout au long du parcours de l’apprenant, aussi bien sur les aspects administratifs que dans l’accompagnement pédagogique 

Le système de la formation en alternance est encore un peu méconnu des entreprises bruxelloises. C’est dommage car cette logique de formation répond vraiment à leurs attentes. Dans notre pratique, nous échangeons beaucoup avec les entreprises pour connaître leurs besoins, anticiper les évolutions des métiers et adapter notre offre en fonction. Une autre force de la formation en alternance est de pouvoir mettre sur pied des nouvelles formations assez rapidement pour répondre aux besoins de demain. Par ailleurs, 80 % des diplômés de la formation en alternance trouvent un emploi durable dans les 6 mois dans le secteur d’activité auquel ils ont été formés. Cela révèle un niveau de qualité à la sortie qui est vraiment valorisé par les employeurs eux-mêmes. 

Actuellement, l’efp collabore avec 3.000 entreprises partenaires et souhaiterait élargir encore ce réseau. Plus il y aura d’entreprises prêtes à accueillir des apprenants, plus ce mode de formation pourra se développer. Le challenge sera de réussir à mobiliser les plus grosses structures, qui sont actuellement un peu absentes du dispositif de formation en alternance. C’est du win-win pour les jeunes et pour les entreprises. Par ailleurs, former un jeune, c’est aussi une action citoyenne et un engagement pour l’avenir. L’appel est donc lancé.  

 

Vincent Giroul, Directeur de l’efp 

Emmanuel Baufayt, Conseiller Chef de service de la formation professionnelle

Info : www.efp.be 

 

Partager