Beaucoup c’est bien, mais trop is te veel

29 mai 2019 à 07:05 | 390 vues

Les housses en plastique utilisées par Wienerberger pour filmer ses palettes de briques incorporent 50 % de matière recyclée. 

[Publireportage] Aussi petite soit-elle, la Belgique montre souvent la voie quand il s’agit de recyclage. Notre pays figure parmi les meilleurs élèves de la classe au niveau européen. Et nous sommes souvent pris en exemple, entre autres par nos voisins français, en matière de Responsabilité Élargie du Producteur (REP) appliquée aux emballages industriels.   

Cette habitude d’être le bon élève et de relever les défis a toujours été inscrite dans l’ADN de Valipac. Récemment, de nouvelles initiatives ont d’ailleurs été prises qui permettent aux producteurs de déchets d’emballages industriels d’aller plus loin encore, en jouant résolument la carte de l’économie circulaire, notamment avec un partenariat noué entre le producteur de briques Wienerberger, Total, Rymoplast et Oerlemans avec le concours de la FEMA et de Go4Circle. Ensemble, ces acteurs ont en effet décidé de rendre possible la fabrication et l’utilisation de housses en plastique fabriquées à partir de 50% de matière recyclée produite par Rymoplast. Résultat : une fois utilisés, les films plastique sont récupérés et réintroduits dans la production pour donner de nouvelles housses.  

 

Beaucoup, c’est parfois aussi trop  

À n’en pas douter, d’autres initiatives suivront. Inspirés par cet exemple, des industriels désireux de s’inscrire dans une gestion circulaire de leurs emballages leur emboîteront le pas. Et Valipac aura toujours à cœur de les assister dans ces progrès. Très bien, mais les nouvelles exigences pour les taux de recyclage placent la barre très haut… La transposition des objectifs européens au niveau belge ne manque pas d’ambition : selon les propositions, le taux de recyclage des emballages en plastique passera à 65 % d’ici 2030. Cette fois, selon Valipac, ces exigences risquent vraiment d’être improductives, d’autant que les répercussions pour l’industrie belge n’ont pas été examinées. Pour être réaliste, la révision des taux de recyclage doit faire l’objet d’une analyse objective en concertation avec le secteur.  

 

Se concentrer sur son métier pour être efficace 

C’est une véritable responsabilité qui pèse sur les épaules des producteurs et sur ceux de Valipac. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’elle est dite « élargie » (on parle en effet de REP). Cela en dit long sur la charge de travail que représente la gestion des emballages une fois les produits déballés… Ce travail, Valipac veut pouvoir l’assumer parfaitement afin de mettre toutes les chances de son côté pour parvenir à une économie qui soit réellement circulaire. L’association estime donc prudent de pouvoir se concentrer sur le cœur de son activité, à savoir, continuer à intensifier les collectes sélectives et le recyclage des déchets d’emballages industriels auprès des entreprises. Parallèlement, Valipac mise, par des actions de terrain, sur la sensibilisation de ses partenaires à l’écoconception et à l’intégration de contenu recyclé dans la fabrication de nouveaux produits.  

 www.valipac.be 


 

 

Partager