Koen et Cecile Verwee : « Tout le monde doit se mouiller »

Par Peter Van Dyck  - 1 juin 2019 à 12:06 | 226 vues

Koen et Cécile Verwee

Koen Verwee, l’ancien CEO de De Persgroep, est aujourd’hui conseiller en transformation numérique, à la tête de sa propre entreprise Eiferman. Sa famille se préoccupe beaucoup du climat. Son épouse Barbara et lui ont eu trois enfants : Ambroos (20), Jeanne (18) et Cecile (14). Les deux aînés militent activement.  

« Mon frère et ma sœur m’ont convaincue de devenir végétarienne », raconte Cecile. « Ils m’ont sensibilisée à l’environnement. Et du coup, je me déplace à vélo et j’achète surtout des vêtements de seconde main. J’évite d’acheter des produits non européens et je privilégie les fruits et légumes locaux et de saison. »  

Il y a deux ans et demi, Koen Verwee et Guy Weyns, directeur de De Lijn, ont conçu Sign For My Future, une initiative citoyenne qui exige une loi climat, un plan d’investissement et un conseil chargé des matières climatiques. Koen dit avoir été mu par l’engagement de ses enfants. « Guy et moi avons réfléchi à ce que nous pouvions faire, en tant qu’entrepreneurs. »  

Koen admet que Sign For My Future a été stimulée par les marches des jeunes : « Anuna De Wever et les autres ont entamé les marches du jeudi quelques semaines avant le lancement de Sign For My Future. En réalité, Guy et moi avions déjà envisagé que quelques jeunes se manifestent et prennent la parole. Anuna & Co l’ont fait avec brio. Nous étions donc particulièrement ravis. Notre contribution au débat est d’avoir montré que non seulement les adolescents, mais aussi de nombreux chefs d’entreprise se soucient du climat. Des entreprises, le monde de l’enseignement, les classes moyennes, les citoyens… En fait, tout le monde réclame la même chose. »  

Cecile essaie de participer autant que possible aux marches du jeudi : « Il est important que nous nous fassions entendre. La première fois, nous étions trois de ma classe. La deuxième, tout le monde était là. J’incite mes copines à se préoccuper de l’environnement et elles adaptent réellement leurs habitudes. L’école y accorde aussi beaucoup plus d’importance pendant les cours. »  

Koen : « Vu les enjeux climatiques, nous ne pouvions pas, en tant que parents, nous opposer à sa participation à la manifestation. Dommage qu’elle manque les cours, mais nous savons que Cecile fait le nécessaire pour se mettre à jour. » 

 

L’impact du manifeste  

Les enfants ont suivi de près le lancement de Sign For My Future. Le thème de la transition s’est donc imposé naturellement comme sujet de discussion chez les Verwee. « Lorsque les enfants déclarent que le pollueur doit être le payeur, je m’efforce d’apporter des nuances », dit Koen. « La transition doit s’effectuer de manière socialement responsable, tout en permettant à nos entreprises de rester compétitives. »  

« Il faut s’attaquer à la pollution industrielle », répond Cecile, « mais je crois que les entreprises peuvent aider à instaurer les changements nécessaires. Elles détiennent beaucoup de pouvoir. Autant les avoir de notre côté. » Koen apprécie ce genre de discours, qui est aussi le message de Sign For My Future: il faut y parvenir ensemble. « Tout le monde doit se mouiller. 365 chefs d’entreprise se sont déjà joints à notre campagne. Voilà qui fait bouger les choses. Un CEO me racontait qu’après avoir signé notre manifeste, son personnel lui a fait remarquer l’incompatibilité de la car policy avec cet engagement. Je pense aussi à une banque qui, au moment de signer, a décidé d’examiner quand elle pourrait retirer de son portefeuille les investissements en énergies fossiles. Elle a décidé dans l’intervalle de le faire d’ici 2020. Les signataires devront prendre leurs responsabilités face à l’engagement. »  

Partager