Les cinq leçons à tirer de Steve Jobs

Par Elisa Brevet (Fondatrice de Generation Makers) - 12 juin 2019 à 08:06 | 67 vues

© Matthew Yohe

Charismatique, visionnaire, percutant… Le fondateur d’Apple est devenu une véritable légende moderne. Fervent partisan de la discrétion tout au long de sa carrière, l’homme a su entretenir le mystère en parlant très peu de lui. Voici quelques leçons à tirer de son parcours. 

 

Les diplômes ne comptent pas toujours : Il a abandonné ses études après seulement un semestre à l’université de Reed. « À vrai dire, je n’ai jamais reçu de diplôme d’université. Et aujourd’hui je n’ai jamais été aussi proche d’être diplômé par une université. » Tels sont les mots de Steve Jobs prononcés lors de son discours à l’Université de Stanford en 2005.  

 

Vivre sa vie au maximum : À 17 ans, il découvre une citation : « Si vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, un jour vous aurez raison ». Il confiera qu’il se regardait tous les matins dans le miroir en se demandant : « Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que je voudrais faire ce que j’ai prévu aujourd’hui ?Puis, si la réponse est ‘non trop de jours consécutifs, je sais que je dois changer quelque chose. » 

 

Les études de marché sont inutiles : Voilà ce que Jobs a répondu lorsqu’on lui a demandé s’il avait fait des études de marché pour l’iPad : « Non. Ce n’est pas le travail du consommateur de savoir ce qu’il veut. » Selon lui, il est tout simplement impossible de demander aux consommateurs ce qu’ils attendent. Il part du principe qu’au moment où le produit sera développé, ils voudront déjà autre chose.  

 

Ne jamais écouter ses détracteurs : En 1985, c’est l’humiliation. Jobs est renvoyé d’Apple. Pour ses nombreux détracteurs, il est ‘has been’. Plus tard, il dira publiquement : « Je ne l’ai pas vu sur le moment, mais avoir été renvoyé d’Apple fut la meilleure chose qui aurait pu m’arriver. Le poids du succès fut remplacé par la légèreté d’être un débutant à nouveau, et moins sûr de tout. Cela m’a permis d’entrer dans l’une des périodes les plus créatives de ma vie. »  

 

 

Partager