7 étapes incontournables pour devenir freelance

Par Mehdi Ferron  - Alexis Bley  - 14 juin 2019 à 10:06 | 1175 vues

Devenir Freelance en 7 étapes

[Coproduction] Le statut de freelance attire de plus en plus de travailleurs, désireux de réaliser leurs projets entrepreneuriaux en toute indépendance. Toutefois, on ne devient pas freelance du jour au lendemain et certaines étapes sont incontournables. Suivez le guide.

Le Belge a, semble-t-il, l’entrepreneuriat dans le sang. D’après une étude du SNI basée sur les chiffres de l’Institut National d’Assurance Sociale pour Travailleurs Indépendants (INASTI), le nombre d’indépendants en région de Bruxelles-Capitale a augmenté de 39 % ces dix dernières années. Si les chiffres ne sont pas aussi spectaculaires en Wallonie et en Flandre, la tendance à la hausse est toutefois présente. Fin 2016, la Belgique comptait déjà plus d’un million de travailleurs indépendants. Et avec l’arrivée de la génération Y sur le marché du travail, ces chiffres continuent d’augmenter.

Il y a donc une vraie tendance à vouloir lancer sa propre activité. Le taux élevé de chômage et la concurrence féroce pour la recherche d’un travail poussent également les gens à créer leur propre emploi. Avec toutefois un filet de sécurité, puisque c’est surtout le nombre d’indépendants complémentaires qui a connu la plus forte progression. Notons également le « boom » des indépendants actifs après la pension.

Être son propre patron, choisir ses horaires et ses missions… sont autant d’éléments attractifs dans le statut de freelance. Mais il ne faut pas non plus oublier les risques inhérents à ce statut, en particulier la non-garantie de revenu. Avant de remettre votre démission à votre patron, prenez donc le temps de bien y réfléchir et de vous assurer d’avoir entrepris toutes les démarches nécessaires.

 

Étape 1. Établissez une feuille de route pour votre activité de freelance

  • Votre activité de freelance répond-elle à un besoin du marché ?
  • Comment rentabiliser votre activité de free-lance ?
  • Qu’est-ce qui vous différencie de la concurrence ?
  • Combien avez-vous besoin de gagner chaque mois pour subvenir à vos besoins ?

Pour répondre à ces questions, commencez par élaborer un business plan. Le business plan, aussi appelé plan d’affaires, sera votre document de référence. Conseil : prenez le temps de faire convenablement l’exercice. Ce business plan sera votre feuille de route, mais servira aussi à convaincre vos futurs clients sur votre domaine d’expertise et vos investisseurs potentiels.

Ensuite, établissez votre plan financier. Avez-vous besoin d’investir pour lancer votre activité ? De quels fonds propres disposez-vous ? Quelle est votre capacité d’emprunt ? Au bout de combien de temps votre activité sera-t-elle rentable ? Pour votre plan financier, adressez-vous à un comptable. Il pourra s’assurer que vous respectez toutes vos obligations et vous conseiller en matière d’investissements et de fiscalité.

 

Étape 2. Indépendant oui, mais à titre principal ou complémentaire ?

C’est une autre question importante et pas des moindres. Souhaitez-vous quitter le salariat pour vous lancer à 100 % dans la vie d’indépendant ou gardez-vous quand même une autre activité en réserve ? Pour un jeune entrepreneur, il peut être rassurant – surtout sur le plan financier – de commencer en tant qu’indépendant complémentaire afin de voir si le succès est au rendez-vous.

Trois possibilités s’offrent à vous :

  1. Le statut d’indépendant à titre principal : vous n’exercez aucune autre activité hormis votre activité en tant qu’indépendant.
  2. Le statut d’indépendant à titre complémentaire : vous exercez encore une autre activité rémunérée ou bien vous bénéficiez d’un revenu de remplacement.
  3. L’assimilation à une activité complémentaire : votre activité indépendante peut être assimilée à une activité complémentaire sous certaines conditions.

Attention : pour prétendre au statut d’indépendant complémentaire, vous devez prester 235 heures par trimestre en tant que salarié, ouvrier ou fonctionnaire. En-dessous de ce quota, vous serez considéré comme un indépendant à titre principal.

 

Étape 3. : Devenir freelance en personne physique ou société ?

Vous êtes décidé ? Super ! Il vous reste toutefois à déterminer votre statut juridique, c’est-à-dire la manière dont vous exercerez votre activité de free-lance.

Vous pouvez ainsi exercer :

  • En personne physique (entreprise individuelle) : il n’existe pas de distinction claire entre votre patrimoine privé et le patrimoine de votre entreprise.
  • En personne morale (société) : dans ce cas, il existe bel et bien une distinction entre le patrimoine de votre entreprise et le vôtre.

Souvent, à ses débuts, le freelance aura tendance à vouloir choisir une solution plus légère que celle de la création d’une société. Le choix de l’auto-entreprise vous permet de « tester » votre activité et votre capacité à travailler en tant qu’indépendant. Si au bout de quelques mois, vous constatez que votre activité fonctionne bien et qu’elle atteint un certain chiffre d’affaires, il faudra alors étudier la question du choix entre entreprise individuelle et société de façon plus approfondie.

 

Étape 4. Ai-je besoin d’une autorisation spécifique pour lancer mon activité de Freelance?

Tout dépend de ce que vous comptez faire ! Pour certaines professions (boulanger, pâtissier, carreleur…), vous devez présenter une autorisation d’exercice de la profession. Pour savoir si votre activité entre dans ce cadre, renseignez-vous selon votre activité.

Par ailleurs, certaines professions nécessitent la justification d’un diplôme de gestion de base tandis que des corps de métiers spécifiques sont régis par d’autres instances (avocats, architectes, etc..). Et puisqu’en Belgique, rien n’est jamais simple, les exigences varient d’une région à l’autre. Renseignez-vous !

 

Étape 5. Demandez votre numéro d’entreprise et activez votre numéro de TVA

Vous avez réfléchi à toutes ces questions et êtes prêt à vous lancer ? Il est temps de créer votre entreprise en vous inscrivant auprès de la Banque-Carrefour des Entreprises (BCE). Vous pouvez effectuer cette inscription obligatoire en introduisant votre demande via le guichet d’entreprise de Partena Professional ou directement au guichet de la Chambre de Commerce de Bruxelles.

En tant qu’entreprise commerciale, vous êtes aussi désormais assujetti à la TVA. Afin de pouvoir facturer vos produits ou services, vous avez besoin d’un numéro de TVA que vous pouvez créer via le guichet d’entreprise de Partena Professional

 

Étape 6. Mettez votre sécurité sociale en règle

Devenir indépendant implique des responsabilités qu’un salarié n’a pas. Parmi celles-ci, l’une des plus importantes est le paiement des cotisations sociales qui assure votre protection et celle de votre famille. Pour continuer à bénéficier de la sécurité sociale belge, vous devez impérativement vous affilier auprès d’une caisse d’assurance sociale pour indépendants.

Le montant de votre cotisation sera calculé en fonction de vos revenus. En pratique, chaque trimestre, votre caisse d’assurances sociales vous réclamera un quart du montant total annuel au titre de cotisation provisoire. La cotisation d’un indépendant à titre principal ou d’un indépendant à titre complémentaire (dont les revenus sont supérieurs à 1531,99 €) est de minimum 738,42 € et de maximum 4.231,92 €.

 

Étape 7. Réglez vos allocations familiales et affiliez-vous à une mutualité

Si vous avez un ou plusieurs enfants à charge, votre nouveau statut de freelance ne change pas votre droit aux allocations familiales. Toutefois, contrairement aux salariés, celui-ci n’est pas automatique. Pour ouvrir votre droit à ces allocations vous devez vous affilier auprès d‘une caisse d’allocations familiales. Celles-ci diffèrent selon la région, informez-vous des spécificités !

Enfin, last but not least, il est impératif de vous affilier à une Mutuelle. C’est indispensable pour obtenir le remboursement de vos éventuels soins de santé, mais aussi pour couvrir votre perte de revenus en cas de maladie. Les montants ne sont toutefois pas très élevés et, parfois, souscrire à une assurance revenu garanti peut constituer une sécurité supplémentaire.

 

Pour conclure…

Vous nous avez suivi jusqu’au bout ? Bravo ! La lecture de cet article le prouve, se lancer comme freelance est une décision qui ne se prend pas à la légère et qui nécessite de nombreuses formalités. Mais que tout cela ne vous décourage pas ! Chaque année, de nombreuses personnes se lancent comme indépendants et sont finalement bien plus heureuses que dans leur ancienne vie de salarié.

Gardez en tête que vous n’êtes pas seul pour vous lancer dans cette aventure. Chez Beci, nous vous accompagnons à chaque étape de la création de votre entreprise. Via notre guichet d’entreprise, mais aussi via notre programme Starter et avec l’aide de nos nombreux spécialistes.

 

Cet article est extrait du Workshop dédié au statut d’indépendant, organisé par Partena en collaboration avec Beci.

Conférence Partena formalités Freelance et indépendants

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement personnalisé ?

Prenez rendez-vous dès à présent auprès du guichet d’entreprise Partena, au sein des locaux de Beci, 500 Avenue Louise.

Les experts de Partena se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions sur le statut d’indépendant.

 

Beci et partena

Partager