Les organisations patronales Beci, Voka, UWE et FEB ont toujours été favorables à une taxe kilométrique intelligente au niveau national

29 août 2019 à 10:08 | 238 vues

Taxation Zonale ©GettyImages

La ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den brandt, a annoncé mercredi (28/08/2019) l’introduction d’une taxe kilométrique sur le seul territoire bruxellois, dans le cas où les autres régions ne suivraient pas.

Les organisations patronales plaident depuis longtemps pour une fiscalité intelligente afin de piloter les flux de circulation. Une taxe variable selon le lieu, le moment et les caractéristiques écologiques des véhicules.

Une telle taxe peut donc différer entre les trois régions, mais elle doit fonctionner dans un même système. En ce sens, il est important de développer ce système en concertation avec les 3 régions. La taxe kilométrique intelligente doit remplacer les taxes de circulation existantes et les éventuelles recettes supplémentaires doivent être investies dans les infrastructure de mobilité.

La ministre Van den brandt affiche une ambition certaine, si son intention est, par cette communication, de relancer le débat dans les autres régions, dans le cadre des négociations gouvernementales, et de les encourager à introduire une taxe kilométrique intelligente. Beci compte d’ailleurs sur le Voka pour plaider dans ce sens auprès des négociateurs du gouvernement flamand.

Cependant, une taxe kilométrique limitée au territoire bruxellois reste un péage urbain, même si elle varie en fonction du lieu, du moment et des caractéristiques écologiques des véhicules. Un péage urbain ne donne pas de réponse aux défis de mobilité et d’environnement auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, car ils transcendent les frontières des régions. Ce n’est pas une mesure durable. En effet, cela risque de déplacer le problème de la circulation dans les environs de Bruxelles.

Pour sa part, Beci est prête à participer à toute discussion en vue d’introduire une taxe kilométrique intelligente et rechercher des solutions.

Olivier Willocx,

CEO de Beci

Partager