DigiChambers 2.0 : obtenir un certificat d’origine est toujours plus simple !

13 septembre 2019 à 11:09 | 313 vues

©gettyImages

Pour exporter des marchandises dans certains pays étrangers, une entreprise doit être en possession d’un certificat d’origine non-préférentiel. Un document qui peut être obtenu en ligne via le portail Digichambers, dont la nouvelle version est présentée ce mardi.

 Depuis dix ans, les exportateurs belges ont pris l’habitude de se connecter à la plateforme Digichambers : l’outil de délivrance de certificats d’origine en ligne, développé par les chambres de commerce belges. En 2018, pas moins de 86 % des certificats d’origine délivrés en Belgique l’ont été via ce système.

Le 21 octobre prochain, dix ans après sa première version, Digichambers cédera sa place à Digichambers 2.0. Une nouvelle version offrant davantage de fonctionnalités, disponible pour tous les formats d’écran allant du PC au Mac, en passant par le smartphone : fini les exigences techniques obsolètes ! Et si nécessaire, il reste possible d’interagir avec le personnel des chambres de commerce. Des nouveautés, à l’exemple de l’authentification simplifiée, qui promettent une plus grande facilité et convivialité.

Le certificat d’origine atteste, sur justificatif, que les marchandises sont originaires de l’Union Européenne, d’un État membre spécifique ou d’un pays tiers. Lorsqu’on souhaite exporter des marchandises à l’étranger, les certificats d’origine sont en effet parfois exigés par les douanes des pays d’importation ou les clients eux-mêmes.

DigiChambers permet aux entreprises de commander à distance leurs certificats d’origine et cela présente de nombreux avantages, comme nous l’expliquait voici quelques mois Christophe Coulie, Legal Affairs Manager de Belgian Chambers, la Fédération des Chambres de Commerce belges : « Les demandes introduites électroniquement peuvent être traitées dans des délais plus courts que les demandes papier. L’entreprise peut à tout moment vérifier le statut de sa demande. Elle peut imprimer les documents elle-même, sans avoir à se déplacer. Il y a donc un véritable gain de temps. Sans compter que le prix est plus avantageux ».

En pratique, c’est très simple : après saisie des données sur la plateforme, puis approbation par la chambre de commerce, l’entreprise peut imprimer elle-même le certificat ou l’échanger sous forme de PDF sécurisé avec son client. De la même manière, des factures peuvent être visées. Pour les entreprises qui disposent d’un système SAP/ERP ou d’un logiciel douanier, il est en plus possible de l’intégrer avec DigiChambers, aujourd’hui via FTP et bientôt via un web service (API). Un service encore amélioré grâce à la nouvelle plateforme, que vous pouvez déjà découvrir en avant-première et qui est accompagnée d’un guide d’utilisation.

 

hub.brussels invest export

Partager

Anne Georges

Senior Manager International Trade