L’économie circulaire au service de votre entreprise ?

Par  - 4 octobre 2019 à 16:10 | 97 vues

D.R. Nos Pilifs récupère des déchets de bois pour les transformer en nouveaux objets, comme ce nichoir.

Modèle économique à vision systémique, l’économie circulaire a le vent en poupe. S’inspirant du cycle de la nature où tout est réutilisé, elle vise à réintroduire les déchets dans le cycle de production, les transformant ainsi en véritable ressource. Elle a déjà permis à de nombreuses entreprises de faire des économies et de créer de l’emploi. Alors pourquoi pas vous ?  

 

Cette philosophie du zéro déchet, cela fait déjà 35 ans que la Ferme Nos Pilifs la met en pratique. Ces 5 ha de nature situés au nord de Bruxelles regorgent de projets pilotes en matière d’écologie, de recyclage, d’alimentation durable et d’éco-jardinage. Entreprise de travail adaptée, assurant un emploi à 145 travailleurs handicapés, cette ferme d’animation ne cesse d’innover.  

 

Bout2Bois, lauréat BeCircular 2016 

« En 2017, Nos Pilifs a lancé Bout2Bois. Ce projet s’inscrit pleinement dans l’économie circulaire puisqu’il est entièrement basé sur la récupération de bois voués à être détruits pour créer de nouveaux objets. Ceux-ci sont soit revendus à la jardinerie, soit créés sur mesure à la demande d’entreprises dans le cadre de projets B2B », explique Éric Frère, l’un des initiateurs du projet. Élu lauréat BeCircular 2016 par Bruxelles Environnement, le projet Bout2Bois part du constat que trop souvent, les déchets de jardin, de construction ou de conditionnement finissent au container alors qu’ils n’attendent que d’être revalorisés. « L’idée de base était de recycler les déchets de jardinage qui atterrissaient chaque jour à la ferme. Mais on s’est très vite rendu compte que, pour être efficace au niveau de la production, il fallait étendre le projet à des partenariats extérieurs. »  

La Ferme Nos Pilifs entreprend alors des démarches auprès des chantiers bruxellois et des entreprises de transport dont l’activité produit des déchets de bois, auxquels elle redonnera une deuxième vie. « Nous récupérons gratuitement du bois, tandis que les entreprises réduisent leurs coûts de traitement des déchets. Afin que le bois récupéré ne devienne pas à son tour un déchet, nous utilisons le bois de meilleure qualité pour créer des objets made in Pilifs’, comme des nichoirs, tandis que les chutes sont fendues pour en faire du bois d’allumage, des copeaux de litières ou encore de la sciure pour le nettoyage des chantiers. La boucle est donc bien bouclée. »  

Cette logique circulaire nous invite à repenser notre système économique pour le sortir de sa trame linéaire, « extraire- produire-consommer-jeter ». À l’heure ou l’économie et les ménages belges produisent un peu plus de 63 millions de tonnes de déchets par an, le politique et les institutions financières ont pris conscience de la nécessité d’un changement. C’est pourquoi on voit fleurir les financements alloués à des projets qui favorisent cette économie repensée. La commission européenne, pour sa part, a défini cinq secteurs prioritairespour accélérer la transition : matières plastiques, déchets alimentaires, matières premières critiques, construction, biomasse et biomatériaux.« Grâce à l’enthousiasme suscité par le projet Bout2Bois, c’est déjà 13 tonnes de bois qui ont pu être revalorisées et 5 emplois créés. En plus, nous vous proposons probablement les objets en bois à la plus faible incidence carbone de Bruxelles. » C’est sourire aux lèvres qu’Éric achève la visite dans une odeur de sciure fraîche, à l’intérieur du cabanon que lui et Joël, le menuisier de la ferme, ont réaménagé en menuiserie deux ans plus tôt.  

 

Nancy Demaude 

 

 

Où trouver des financements  

  • Auprès de la Région bruxelloise, en soumettant votre projet : jusqu’à 50 % de financement et 80.000 €. Plus d’info sur www.circulareconomy.brussels 
  • Auprès des banques : certaines banques comme Belfius ont créé des lignes de crédit dédiées aux projets liés à l’économie circulaire. 
  • Auprès des programme LIFE et Horizon 2020 de la Comission Européenne.

 

 

Partager