MO: vitrine de toutes les mobilités

Par Frédéric Petitjean  - 4 octobre 2019 à 15:10 | 216 vues

Inauguré en mars 2018 chez Beci, le pop-up MO, dédié à la mobilité urbaine, va s’installer pour quelques mois au Centre Anspach.

Soyons de bon compte : la mobilité à Bruxelles, c’est un sac de nœuds. Trop de voitures dans la ville, une infrastructure insuffisamment développée et des formules alternatives mal assorties. De plus en plus d’intervenants se rendent compte, heureusement, que ce n’est pas une fatalité et qu’il faut changer. Beci y apporte sa contribution en inaugurant un nouveau grand Mobility Shop’ au Centre Anspach.  

 

Pas étonnant que la mobilité compte tellement pour Beci, déclare son Conseiller Mobilité Ischa Lambrechts. « Cela fait bien cinq ans que le sujet figure à l’agenda de Beci. Et pour cause : la mobilité est un paramètre économique important. Notre baromètre économique semestriel interroge les entrepreneurs bruxellois quant aux conditions d’une économie saine. La réponse ‘une bonne mobilité’ se renforce d’année en année. »  

 

Think tank 

Beci a créé un Mobility Hub en 2015 déjà. Ce ‘think tank’ pour une meilleure mobilité à Bruxelles a notamment produit un ‘Livre blanc de la Mobilité’ et une toolbox pleine de solutions. « Nous avons compris, en début 2018, que nous ne pouvions pas en rester là », explique M. Lambrechts. « Puisque les problèmes sont connus, il est temps de les résoudre. Trop de discussions sur la mobilité s’enlisent sur qui fait quoi. Passons d’un ‘think tank’ à un ‘do tank’. »  

Et Beci créa MO’ (comprenez Mobility/Movement’). La collaboration avec 30 partenaires privés et publics a donné le jour à un pop up-store dans les bureaux de Beci, à l’avenue Louise. L’endroit présente et promeut toutes les solutions possibles aux problèmes de la mobilité bruxelloise. « De nombreux entrepreneurs étaient déroutés », raconte Ischa Lambrechts. « Il y a en Belgique plus de 500 produits et services axés sur la mobilité : voitures partagées, applis de parking, trottinettes, taxis, transports en commun et j’en passe. MO s’est efforcé de rassembler un maximum d’acteurs dans une communauté de la mobilité. »  

Le pop up-store visait aussi la mise en contact des divers partenaires et les fertilisations croisées. « Pourquoi pas un partenariat entre loueur de voitures et une société qui propose des vélos en leasing ? Pas besoin qu’ils soient concurrents, de nos jours. C’est de la co-création entre des organisations publiques et privées ou entre entreprises privées que surgissent les meilleures idées », déclare M. Lambrechts 

 

1.000  

MO a connu un vif succès et suscité beaucoup d’intérêt de la part des entrepreneurs et décideurs bruxellois. Beci a bien vite réalisé que le concept méritait davantage de développement et de promotion encore. C’est ainsi qu’est né MO 2.0, un espace de 1000 m² qui s’ouvrira le 24 octobre au Centre Anspach, au cœur de Bruxelles. Là encore, de nombreux partenaires ont été invités à soutenir le projet : non seulement la FEB et le Voka, mais aussi AG Real Estate (qui met l’espace à disposition) et l’organisation MaestroMobile. Le nouveau MO sera ouvert jusqu’au 9 janvier 2020. 

« Le premier projet s’adressait surtout aux entreprises. Le nouveau MO est destiné à un public beaucoup plus vaste », confie M. Lambrechts. « D’où le choix du site. Le Centre Anspach voit passer quelque 6 millions de personnes par an. Pas besoin de rendez-vous pour visiter cet espace. Chacun entre et sort en toute liberté. Il y aura un préposé en permanence pour répondre aux questions et guider les visiteurs. »  

Ischa Lambrechts (@Reporters)

Le MO nouvelle mouture doit devenir une vitrine de toutes les possibilités de mobilité à Bruxelles. Il doit aussi convaincre les visiteurs que la mobilité ne se limite pas à un déplacement d’un point à un autre : elle influence aussi directement l’économie urbaine, l’emploi et le bien-être dans la ville, sans oublier l’impact sur l’environnement et la santé publique. 

Tous ces aspects feront l’objet d’explications aux comptoirs d’information, dans les salles de cours et lors d’ateliers. On abordera évidemment les aspects concrets du transport. Sans oublier des démos, notamment de trottinettes et de vélos électriques, qui pourront être essayés sur un circuit indoor. La gamification’ et la réalité virtuelle guideront les visiteurs dans le dédale des solutions de mobilité. Signalons encore le Mobility Passport, une expérience d’une durée de trois semaines qui permettra à 400 personnes de tester tous les moyens de transport à Bruxelles. Une appli suivra ceux qui testeront le maximum de modes de transport et qui obtiendront dès lors le plus de points. Le gagnant remportera un beau prix.  

Une bonne gestion du trafic et de la mobilité ne contribue pas seulement à rendre notre ville plus vivable : elle sert aussi à freiner le réchauffement climatique. « L’espace MO sera donc aussi une vitrine de notre projet 30-30-30 », poursuit Ischa Lambrechts. « Ce projet veut contribuer aux objectifs climatiques bruxellois. Il s’agit d’un ensemble de 30 projets qui veulent réduire de 30 % les rejets de CO2 d’ici 2030. Hasard des chiffres ? Ce sont aussi 30 % des rejets totaux de CO2 dans la capitale qui sont imputables au transport et à la mobilité. »  

 

Ce que coûte un bon cadenas 

MaestroMobile installera dans l’espace sa Mobiline, une plateforme d’information qui répond à toutes les questions possibles en matière de transport à Bruxelles. « Ce service n’est normalement accessible que par téléphone, e-mail, WhatsApp et Facebook Messenger », nous dit Xavier Tackoen, de MaestroMobile, « mais nous allons aussi installer un point de contact physique, spécifiquement pour MO. Les questions les plus diverses et trouveront réponse. Du style ‘Que coûte un bon cadenas pour un vélo ?’ ou ‘Quel train dois-je prendre pour aller de A à B ?’, ou même des questions sur les incitants fiscaux liés à certains modes de transport. »  

Xavier Tackoen (@Reporters)

Beci et MaestroMobile se connaissent bien, explique M. Tackoen. Ils collaborent depuis un moment déjà sur la problématique de la mobilité. « Sans doute sommes-nous un partenaire évident du MO en raison de l’expertise appréciable que nous avons développée en matière de mobilité. Notre plate-forme est un instrument axé sur la pratique pour surmonter les réticences tant physiques que psychologiques qui empêchent les gens d’utiliser des modes de transport alternatifs. »  

Xavier Tackoen estime qu’en termes de mobilité, Bruxelles a effectué un fameux parcours en une décennie, même si les défis restent considérables. « Il y a dix ans, il n’y avait, entre les divers intervenants, pas de consensus quant à la façon d’aborder les problèmes. Aujourd’hui, les opinions convergent. Il faut plus de transport en commun. Il faut réaménager l’espace public et donner la priorité aux usagers faibles. Il faut encourager le vélo. Tout le monde est aujourd’hui d’accord sur ce type de solutions. Nous avons aujourd’hui atteint à Bruxelles le stade où se trouvait Copenhague il y a 15 ans. Mais je suis convaincu que nous rattraperons rapidement ce retard. »  

 

Ville et périphérie  

Le grand défi consiste à présent à mettre en œuvre ces solutions et à effectuer la transition. « Beaucoup de gens ne sont pas encore prêts », déplore M. Tackoen. « La tentation reste grande de prendre la voiture. L’évolution n’est pas encore suffisamment visible, mais je suis convaincu qu’elle finira par s’imposer, si nous lui en laissons le temps. Je suis franchement optimiste en ce qui concerne le Grand Bruxelles. Mais pour la périphérie, il subsiste de grands défis. Nous devons éviter une fracture entre la ville et la campagne. Si la ville évolue beaucoup plus vite, on n’obtient rien d’autre qu’un déplacement des problèmes. Il y a donc encore du pain sur la planche. »  

Partager